Jolyon Palmer quittera l'écurie Renault à l'issue du Grand Prix du Japon
Jolyon Palmer quittera l'écurie Renault à l'issue du Grand Prix du Japon | FLORENT GOODEN / DPPI Media / DPPI

Renault officialise le départ de Jolyon Palmer et l'arrivée de Carlos Sainz

Publié le , modifié le

Dans un communiqué, l'écurie Renault a annoncé la fin de sa collaboration avec Jolyon Palmer, qui a lui aussi annoncé la nouvelle à ses fans sur Instagram. Le départ du pilote britannique précipite l'arrivée de Carlos Sainz dans le baquet de l'écurie française.

Annoncé partant à la fin de la saison, Jolyon Palmer ne terminera finalement pas la saison chez Renault. Dans un communiqué, l'écurie française a officialisé le départ de son pilote à l'issue du Grand Prix du Japon qui se disputera demain. Un départ confirmé par le Britannique lui-même, qui a publié un long message à l'adresse de ses fans sur son compte Instagram. 

"Demain, le GP du Japon sera ma dernière course avec Renault, indique le pilote sur Instagram. Avec ma pénalité, je partirai du fond de la grille (18e) mais je donnerai tout, comme d’habitude. Merci à tous pour le soutien durant ces deux années, cela représente beaucoup !" a ainsi posté Jolyon Palmer. "Je tiens à remercier Jolyon pour son implication et son professionnalisme, a pour sa part indiqué Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing. Depuis le retour de Renault en Formule 1, Jolyon a fait preuve d’un fort engagement dans un environnement en constante évolution. Il a toujours montré de très grandes qualités humaines et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de sa carrière."

Sainz remplace Palmer

Déjà confirmé pour la saison 2018, Carlos Sainz rejoint plus rapidement que prévu l'écurie Renault puisque c'est lui qui remplacera Jolyon Palmer à partir du Grand prix des Etats-Unis programmé dans deux semaines. Une arrivée qui signe le retour de Daniil Kvyat dans le baquet de Toro Rosso. Ecarté ces dernières semaines au profit du Français Pierre Gasly, le Russe retrouvera donc la piste à Austin. 

Mathieu Aellen