La Renault RS16
La nouvelle monoplace aux couleurs Renault pour la saison 2016 de F1 | DR

Renault moteur de son avenir en F1

Publié le , modifié le

Pour la 3e fois de son histoire, Renault est en Formule 1 en tant qu'écurie complète. Motoriste à succès, le Losange veut tout pour lui et lui seul : la technologie et les lauriers de la gloire. Lotus racheté trop tardivement pour développer une monoplace totalement nouvelle, les podiums promettent d'être rares en 2016. Ce n'est que le premier étage de la fusée qui espère décoller d'ici 2017.

"Je ne veux pas décevoir ou sur-promettre et 2016 sera une année de reconstruction." Le président Renault Sport F1 Jérôme Stoll annonce la couleur et elle ne sera pas jaune. Tout du moins pas dans l'immédiat. Serpent de mer de la 2e partie de saison, le rachat de Lotus a mis un temps fou à se finaliser. En signant fin novembre avec l'aval définitif de Carlos Ghosn, Renault s'est tiré une balle dans le pied au sujet de la performance future de la RS16. "L'ambition de Renault a été claire: être capable de faire des podiums sur la troisième année, en position d'être champion la cinquième, indique le patron de la compétition Frédéric Vasseur. Il n'y a pas d'objectif sportif sur 2016, et heureusement, car on a pris la tête de l'équipe il y a très peu de temps. Le plus intelligent pour nous, c'est de nous fixer des objectifs de reconstruction qui nous permettront d'atteindre les objectifs aux échéances qu'on nous a fixées."

Marketing et technologie

Pour le grand patron, ce qui compte au premier chef, c'est de voir l'écurie française en capacité de remporter des courses pour vendre des voitures dans les pays émergents. Une approche très marketing qui évite de mettre un surcroît de pression sur une équipe en devenir. Au sein de l'écurie, on fera tout pour faire plaisir à Ghosn en s'autorisant un peu de zèle si c'est possible. Dans les bureaux d'étude de Viry et Enstone, on vibre surtout pour la victoire. L'objectif est d'y arriver via la piste technologique qui a si bien réussi à Renault par le passé. "Nous voulons nous donner du temps pour construire quelque chose de plus robuste. Nous ne revenons pas en F1 pour être simplement dans la passion automobile, autour de la compétition, mais dans le cadre d'un projet d'entreprise, autour de la technologie, a indiqué Jérôme Stoll. C'est justifié par le fait qu'on a toujours été là (comme motoriste), donc c'est logique".

Deux pilotes de transition​

Les essais hivernaux n'ont fait que confirmer les difficultés de l'équipe qui devrait naviguer en milieu de grille lors des premières courses. S'il faut aller chercher un supplément d'âme, difficile de se dire que ce sera avec ses deux pilotes titulaires, Kevin Magnussen et Jolyon Palmer. Deux pilotes de "transition" le temps de remettre l'écurie en ordre de marche. Kevin Magnussen avait fait une saison complète en 2014 chez McLaren avant de devoir céder sa place à Fernando Alonso. Le voilà comme pilote "référent" pour le débutant britannique Jolyon Palmer, champion GP2 en 2014. Ce dernier a beaucoup roulé le vendredi la saison dernière mais a connu de nombreux soucis techniques à Barcelone en février. "C'était un peu désastreux, a reconnu Palmer. Mais la base de la voiture est raisonnablement bonne et nous allons continuer à travailler. C'est bien que Kevin (Magnussen) ait fait quatre jours sans aucun problème. Ça nous a donné une bonne compréhension de la voiture". Premier test le 20 mars à Melbourne.

  • Renault ​F1 en bref

Renault ​F1 en bref


Nom: Renault Sport F1 (ex-Lotus)
Basée à Viry-Châtillon (France) et Enstone (Royaume-Uni)

1er GP: Grande-Bretagne 1977
1re victoire: France 1979 (Jabouille)
Dernière victoire: Japon 2008 (Alonso)
Châssis 2016: RS16
Moteur: V6 turbo hybride Renault

Pilotes:
Numéro 20: Kevin Magnussen (DEN), 23 ans, 20 GP, 1 podium (Australie 2014)
Numéro 30: Jolyon Palmer (GBR), 25 ans, champion 2014 de GP2
Pilote de réserve: Esteban Ocon (FRA), champion 2015 de GP3

Direction:
Président: Jérôme Stoll (FRA)
Directeur général: Cyril Abiteboul (FRA)
Directeur sportif: Frédéric Vasseur (FRA)
Directeur technique: Bob Bell (GBR)

Palmarès:
1re époque (1977-1985): 15 victoires en 123 GP (Prost 9, Arnoux 4, Jabouille 2)
2e époque (2002-2011): deux fois double championne du monde (pilotes et constructeurs) en 2005 et 2006 avec Fernando Alonso (ESP), 20 victoires en 177 GP
Bilan global: 4 titres mondiaux, 35 victoires, 2 doublés, 100 podiums, 51 pole positions et 31 meilleurs tours en 300 GP