Kimi Raïkkönen Lotus
Kimi Raïkkönen (Lotus) | DIMITAR DILKOFF / AFP

Räikkonen s'impose au GP d'Abou Dhabi

Publié le , modifié le

Le Finlandais Kimi Räikkönen a remporté le Grand Prix d'Abou Dhabi en devançant Fernando Alonso et Sebastian Vettel, parti des stands mais auteur d'une remontée fantastique. Grâce à cette troisième place inespérée, l'Allemand conserve dix points d'avance sur l'Espagnol à deux courses de la fin du championnat.

Avec Vettel qui s'élance des stands après sa rétrogradation de la veille, et Fernando Alonso en 6e position sur la grille, le suspense plane sur Abou Dhabi à l'extinction des feux. Il monte même d'un cran quand Webber, 2e temps, manque son envol et laisse s'envoler le poleman Lewis Hamilton. Räikkönen et Maldonado profitent également du départ raté de l'Australien et s'infiltrent. Fernando Alonso, lui, reste en embuscade en cinquième position tandis que, déjà, Vettel entame son opération remontée. Le mano à mano entre l'Espagnol et l'Allemand est bel et bien lancé. Déchaîné, le pilote Ferrari croque Webber tandis que celui de la Red Bull est déjà 12e ! Mais un événement va brouiller les cartes : au 9e tour, Rosberg et Karthikeyan se percutent violemment entraînant de facto la neutralisation de la course. Cela semble faire les affaires de de Vettel, qui comble l'écart chronométrique avec ses rivaux mais, pendant les tours derrière la safety car, l'Allemand se fait surprendre par un freinage de Ricciardo ! L'aileron avant de la RB7 n'y résiste pas et doit repasser par les stands. Vettel repart 20e, tout est à refaire...

Vingt et une places de gagnées pour Vettel

Pourtant, "Baby Schumi" ne se décourage pas et repart à l'assaut. Certaines circonstances de course vont l'aider dans sa chevauchée, à commencer par l'abandon de Lewis Hamilton, pourtant leader incontesté de ce grand prix. Kimi Räikkönen s'empare de la première place tandis que derrière, Alonso a dépassé Maldonado. Ce dernier, toujours aussi impétueux, s'accroche ensuite avec Webber, faisant donc le jeu de Vettel dont les intérêts sont parfaitement servis par ces jeux de chamboule-tout. La valse des ravitaillements fige les positions à mi-course : Räikkönen est un solide leader, devant Alonso et Button, pourtant discret jusqu'ici, et qui a réussi à passer entre les gouttes. Derrière la McLaren de l'Anglais, Vettel pointe le museau de sa Red Bull, la dernière en course après un nouvel accrochage qui laisse Webber, et le malheureux Grosjean, sur le flan. 

Dans un ultime effort, Vettel parvenait à prendre le meilleur sur Button à trois tours de la fin et se classe sur la troisième marche du podium, derrière Fernado Alonso, encore auteur d'une course limpide malgré une Ferrari qui n'est clairement pas la meilleure monoplace du plateau, et Kimi Räikkönen, qui signe sa première victoire de la saison, et la première pour Lotus depuis le succès d'Ayrton Senna au GP de Detroit 1986. En dépit d'un ultime rush, la Ferrari d'Alonso ne reprendra pas la Lotus d'"Iceman" qui a su garder son sang-froid jusqu'au bout. Le Finlandais, champion du monde 2007 chez Ferrari, conforte sa 3e place au championnat 2012 grâce à cette 19e victoire de sa carrière. Il était déjà monté six fois sur le podium cette saison, et était rentré 16 fois sur 17 dans les points.

Julien Lamotte