Kimi Räikkönen
Kimi Räikkönen (Lotus Renault) | DR

Räikkönen remporte le GP d'Australie

Publié le , modifié le

Parti de la 7e position sur la grille, Kimi Räikkönen s'est joué de tous les favoris pour remporter le GP d'Australie, course d'ouverture de la saison de F1. Le pilote Lotus Renault a construit son succès sur des longs relais très réguliers et seulement deux arrêts au stand quand beaucoup de pilotes ont dégradé leurs pneumatiques et étaient contraints de faire trois pit-stops. Derrière le Finlandais, Fernando Alonso (Ferrari) et Sebastian Vettel (Red Bull-Renault) complètent le podium.

Sébastien Grosjean n'a pas connu la même réussite que son coéquipier. Loin de la tête de course après un départ raté, le Franco-Suisse n'a jamais été dans le rythme. Seule consolation, il a accroché le point de la dixième place juste devant son compatriote Jean-Eric Vergne (Toro Rosso-Ferrari). Pour son baptême du feu, Jules Bianchi (Marussia) a obtenu une très belle 15e place. Charles Pic (Caterham-Renault) termine au 16e rang.

Tout le monde attendant un doublé Red Bull après le festival de Vettel et Webber en qualification ce matin. Dès le départ, le vétéran australien confirmait ses mauvaises statistiques à la maison (son meilleur résultat est une 4e place, ndlr). Seulement 7e après quelques virages, il ne jouait déjà plus pour la gagne. En revanche, le triple champion du monde prenait lui le commandement sans toutefois parvenir à distancer les Ferrari d'Alonso et Massa. Au fil des tours et des arrêts au stand, deux voitures faisaient leur apparition en haut du classement. La Force India de Sutil roulait en tête une dizaine de tours mais ne résistait pas aux ténors. Pour son retour en F1, l'Allemand allait terminer 7e. En revanche, bien calé sur une stratégie à deux arrêts, Kimi Räikkönen devenait un sérieux candidat à la victoire. Une fois devant, Ice-Man ne lâchait plus la tête pour remporter le 20e succès de sa carrière et le 2e de Lotus Renault depuis son rachat par Genii Capital. "Une victoire est une victoire, quelle que soit la manière dont on l'obtient, a indiqué Räikkönen en conférence de presse. Les années sont différentes, mais le sentiment est le même. Il y  avait beaucoup de points d'interrogation avant ce Grand Prix, ça s'est bien  passé pour nous et j'espère que nous vivrons beaucoup de courses comme celle-là  dans les mois qui viennent".

Deuxième devant Vettel, Fernando Alonso était tout sourire à l'arrivée. Le potentiel de la F138 est supérieur à celui de sa devancière et la saison s'annonce moins difficile face à la puissance autrichienne. Chez Mercedes, la cinquième place de Lewis Hamilton ne fera pas oublier l'abandon de Nico Rosberg sur un problème électrique. "La stratégie n'a pas fonctionné, a reconnu Hamilton, déçu, mais lucide. Après l'hiver que nous avons vécu, nous sommes mieux que nous le pensions. Je n'espérais pas beaucoup plus. On n'était pas plus compétitif." Les Allemands ont une semaine pour corriger le tir avant la Malaisie. Avec une victoire en poche, Lotus Renault fait déjà aussi bien qu'en 2012 et a rempli son premier objectif.

Réactions

Fernando Alonso (ESP/Ferrari), 2e:  "C'était une très bonne course, à la fin d'une semaine solide de notre part,  qui nous permet de repartir avec beaucoup de points, à la 2e place du  championnat, ça nous donne confiance pour la suite. C'était compliqué, à cause  des conditions météo changeantes, et de la pluie ce matin pendant les  qualifications. Il y avait beaucoup de trafic sur la piste, beaucoup de pièges.  Je ne pense pas qu'on aurait pu faire une stratégie à deux arrêts, et il  fallait qu'on respecte la stratégie décidée à l'avance, tout en trouvant un  moyen de dépasser Vettel et Sutil, grâce à la flexibilité qui nous permettait  d'anticiper ou de retarder nos arrêts au stand. J'ai pris un meilleur départ  que Massa et Hamilton, mais la ligne droite n'était pas assez longue pour être  deuxième au premier virage, et aucun d'entre nous n'a pris de risque  supplémentaire. Le timing de mes arrêts au stand m'a finalement permis de  gagner trois places, donc c'était une très bonne décision. Nous avons bien  travaillé cet hiver, nous avons une bonne voiture, et notre objectif était de  monter sur le podium ici, c'est fait. Lotus était très rapide cet hiver, ils  ont été très consistants aujourd'hui et ils méritaient cette victoire. Quant à  Red Bull, ils ont la meilleure voiture, on l'a encore vu pendant les  qualifications, ils étaient imbattables. On a appris des trucs sur notre  voiture, pendant cette course, grâce au fait qu'on s'est bagarrés avec les  autres. Il y a des points forts et des points faibles, je vais en parler aux  ingénieurs".
   
Sébastian Vettel (GER/Red Bull), 3e: "Quand on part en pole position, c'est  pour gagner, mais je suis quand même content de ce podium, c'était le maximum  qu'on pouvait espérer aujourd'hui. On n'aurait pas pu s'arrêter deux fois, donc  il faut qu'on travaille sur ce point d'ici la prochaine course. On avait un bon  rythme en qualifications et au départ, mais après c'était un peu moins bien.  Mes pneus (super-tendres) ont commencé à s'user, au bout de deux tours, et j'ai  vu revenir les Ferrari derrière moi, alors que je me suis arrêté un tour plus  tôt que prévu à l'origine. Je n'étais pas inquiet par rapport à Sutil, car je  savais qu'il y avait assez de tours à boucler dans cette course pour qu'on  arrive à le dépasser, à un moment ou un autre. Le trafic sur la piste a eu une  grosse influence sur les pneus, pour moi comme pour beaucoup d'autres pilotes.  Nous avions un plan différent de Kimi, et proche de celui de Ferrari, ça  explique notre résultat. Mais de toutes façons on n'aurait pas pu aller  chercher Kimi, il était trop fort aujourd'hui. En fait, je n'ai rien compris au  classement, car je n'avais pas vu Kimi qui était devant nous, et je m'en suis  rendu compte quand j'ai vu l'écran de télévision. On ne peut pas tirer de  conclusions après une seule course, d'autant que les conditions seront très  différentes la semaine prochaine en Malaisie. La seule chose qu'on sait, c'est  que là-bas il pleut tous les jours à 16h00".

Classement du GP d'Australie

1. Kimi Räikkönen (FIN/Lotus-Renault), les 307,574 km en 1h30:03.225 (moyenne: 204,927 km/h)
2. Fernando Alonso (ESP/Ferrari) à 12.451
3. Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault) à 22.346
4. Felipe Massa (BRA/Ferrari) à 33.577
5. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 45.561
6. Mark Webber (AUS/Red Bull-Renault) à 46.800
7. Adrian Sutil (GER/Force India-Mercedes) à 1:05.068
8. Paul di Resta (GBR/Force India-Mercedes) à 1:08.449
9. Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes) à 1:21.630
10. Romain Grosjean (FRA/Lotus-Renault) à 1:22.759
11. Sergio Pérez (MEX/McLaren-Mercedes) à 1:23.367
12. Jean-Eric Vergne (FRA/Toro Rosso-Ferrari) à 1:23.857
13. Esteban Gutierrez (MEX/Sauber-Ferrari) à 1 tour
14. Valtteri Bottas (FIN/Williams-Renault) à 1 tour
15. Jules Bianchi (FRA/Marussia-Cosworth) à 1 tour
16. Charles Pic (FRA/Caterham-Renault) à 2 tours
17. Max Chilton (GBR/Marussia-Cosworth) à 2 tours
18. Giedo van der Garde (NED/Caterham-Renault) à 2 tours

Les autres concurrents n'ont pas été classés

Classements du championnat du monde

Pilotes
1. Kimi Räikkönen (FIN) 25 pts
2. Fernando Alonso (ESP) 18
3. Sebastian Vettel (GER) 15
4. Felipe Massa (BRA) 12
5. Lewis Hamilton (GBR) 10
6. Mark Webber (AUS) 8
7. Adrian Sutil (ALL) 6
8. Paul di Resta (GBR) 4
9. Jenson Button (GBR) 2
10. Romain Grosjean (FRA) 1
   
Constructeurs
1. Scuderia Ferrari 30 pts
2. Lotus 26
3. Red Bull Racing 23
4. Mercedes-AMG 10
5. Force India 10
6. McLaren Mercedes 2