Kimi Räikkönen
Kimi Räikkönen | DR

Räikkönen n'a pas changé

Publié le , modifié le

Annoncé chez Williams, Kimi Räikkönen a finalement posé sa combinaison dans le baquet de Lotus Renault GP. Intriguant et réservé, le Finlandais affirme dans un entretien qu'il est toujours motivé pour piloter en F1. "Je ne serais pas revenu si je n’avais pas la motivation", a-t-il indiqué. A part ça ? "J’ai deux ans de plus et je ne pense pas que quoi que ce soit d’autre ait changé". On ne risque donc pas de s'ennuyer avec Räikkönen la saison prochaine.

Question : Kimi, bonne nouvelle, vous avez décidé de revenir en Formule 1. Pourquoi? 
Kimi Räikkönen : "La principale raison est que je n’ai jamais vraiment perdu la passion de la Formule 1, mais peut-être seulement pour ce qui l’entourait. Mais quand j’ai fait des courses en Nascar cette année, je me suis rendu compte que la bagarre en course me manquait de plus en plus. En rallye, vous ne vous battez que contre le chronomètre. Ensuite j’ai reçu des appels de certaines personnes en Formule 1. Un certain nombre de choses se sont passées et j’ai pu avoir un entretien avec Lotus Renault GP qui m’a séduite et nous avons signé un accord. J’en suis très heureux !"

Q : Pourquoi avoir choisi Lotus Renault GP ? 
KR : "En réalité, j’avais deux options, cette équipe et Williams. Et tout s’est bien passé avec Lotus Renault GP, comme nous voulions. Voilà la raison."

Q : Avez-vous suivi l’équipe et ses performances cette année?
KR : "Je n’ai pas beaucoup suivi la F1 l’an dernier. Cette année un peu plus, mais pas une équipe en particulier. J’ai regardé les 20 derniers tours du GP du Brésil et, parce que je savais ce qui allait se passer, j’ai suivi ce que faisait Lotus Renault GP. Mais avant, je ne savais pas ce qui allait se produire ou que nous trouverions un accord pour l’année prochaine, alors je regardais la F1 juste dans son ensemble. J’ai vu quelques courses, mais rien de spécial."

Q : Pensez-vous que le F1 sera très différente pour vous, par rapport à 2009, avec le KERS, le DRS, les pneus Pirelli, etc?
KR : "La plus grosse différence viendra probablement des pneus. Je ne pense pas qu’il y ait une grande différence concernant les voitures. Le DRS est nouveau, mais à la base, c’est pareil qu’avant. Le bouton que nous utilisions pour l’aileron avant a disparu, maintenant c’est l’aileron arrière. Aussi, j’ai tendance à croire que la principale différence vient vraiment des pneus."

Q : Quelle est la principale différence, au plan personnel, avec le Kimi Räikkönen de 2009 ? En quoi êtes-vous un meilleur pilote?
KR : "Je ne sais pas. Pendant deux ans, j’étais ailleurs. Je n’ai pas conduit, je ne me suis même pas assis dans une F1 depuis ma dernière course en 2009. Cela m’intéresse de remonter dans la voiture. J’ai deux ans de plus et je ne pense pas que quoi que ce soit d’autre ait changé. Cela a été bien d’essayer d’apprendre le rallye ces deux dernières années. C’était dur certains jours. Cette année, cela a été un peu plus facile, mais cela reste une discipline très dure. Je suis vraiment impatient de revenir. Au moins, en Formule 1, je sais comment cela marche parce que je l’ai pratiquée pendant des années, à la différence du rallye où je ne savais pas ce qui se passerait vraiment. Ensuite, je suis allé en NASCAR et je n’avais aucune idée de ce que c’était. En ce sens, cela devrait être beaucoup, beaucoup plus facile de revenir et cela devrait être plutôt normal."

Q : Avez-vous déjà changé votre mode d’entrainement ?
KR : "J’ai continué à m’entrainer pendant toute ma période rallye, mais bien sûr, ce n’est pas aussi physique. En rallye, il s’agit plus de s’installer dans la voiture pendant tout le week-end. En Formule 1, c’est plus physique, mais sur une durée plus courte. Il y a un mois, j’ai commencé à me réentrainer en fonction de la F1. Le cou est la partie la plus difficile à préparer, mais nous avons encore beaucoup de temps."

Q : Quand vous pensez à votre dernière course en 2009, quelle est votre sensation du pilotage d’une F1?
KR : "Je me souviens très bien du freinage et de la vitesse à laquelle tout se passe. Mais, comparé au rallye, vous avez un peu plus de temps. En rallye, vous n’avez pas de seconde chance. Une seule erreur et vous êtes dehors. il n’y a pas d’échappatoire. En Formule 1, vous avez beaucoup de dégagements, vous pouvez sortir un peu large et ce n’est pas un problème. Vous pouvez perdre un tour en essais libres ou en qualifications, mais en course, vous ne perdrez même pas une place. Alors cette fois, le freinage et les G vont certainement me revenir très rapidement. Le point le plus important sera forcément de réhabituer le cou à cet exercice. Tout le reste demandera un petit peu de temps, mais ce n’est pas un gros souci."

Q : Avec votre retour, six champions du monde se trouveront sur les grilles de départ l’an prochain. Est-ce un plus pour votre motivation?
KR : "Je ne serais pas revenu si je n’avais pas la motivation. Il y a toujours beaucoup à dire à ce propos, mais personne ne sait réellement ce que je fais ou ce que je dis, alors je me moque un peu de ce que disent les gens. Mais je suis heureux de revenir. Je ne mettrais pas mon nom sur un contrat si je ne pensais pas que ce soit un plaisir. Alors c’est intéressant et excitant d’être de retour!"

Avec le communiqué de Lotus Renault GP

Xavier Richard @littletwitman