Prost, Lauda, Schumacher : Comment se passent les retours des champions du monde sur les circuits de Formule 1 ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Fernando Alonso lors de sa dernière victoire en Grand Prix en Espagne en mai 2013
Fernando Alonso lors de sa dernière victoire en Grand Prix en Espagne en mai 2013 | Tom Gandolfini / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ce mercredi, Renault a annoncé le retour dans ses rangs à partir de la saison 2021 de Fernando Alonso, double champion du monde avec l'écurie française en 2005 et 2006. Le pilote espagnol n'a plus participé au moindre Grand Prix depuis son départ du monde de la Formule 1 à l'issue de la saison 2018. Alonso va donc effectuer son retour, lui qui n'a plus gagné un Grand Prix depuis mai 2013. Avant lui, d'autres anciens champions du monde étaient sortis de leur retraite. Avec plus ou moins de réussite.

• Les retours réussis : Niki Lauda et Alain Prost

Champion du monde des pilotes en 1975 et 1977 avec Ferrari, Niki Lauda prend une première retraite sportive à l'issue de la saison 1979, après deux années décevantes du côté de l'écurie Parmalat. L'Autrichien effectuera son retour sur les circuits en 1982 et attendra seulement trois courses pour remporter son premier Grand Prix. Après avoir prouvé sa résilience en remportant le championnat du monde en 1977 suite à son grave accident un an plus tôt sur le circuit de Nürburgring (Allemagne) qui lui a causé d'importantes brûlures au visage, Lauda effectue à nouveau un retour gagnant en sortant cette fois de sa retraite. En 1984, le pilote autrichien remporte à 35 ans son troisième titre de champion du monde avec l'écurie McLaren, avant d'effectuer une dernière saison en demi-teinte en 1985. Décédé l'an dernier, Lauda restera l'un des plus grands pilotes de l'histoire et son comeback aura été à la hauteur de ses performances sur les circuits.

Coéquipier de Lauda chez McLaren en 1984 et 1985, Alain Prost s'est probablement inspiré de l'Autrichien pour effectuer son retour en 1993. Après douze saisons consécutives en Formule 1, durant lesquelles il a remporté trois titres de champion du monde, le Français est limogé de l'écurie Ferrari à l'issue de la saison 1991 et prend une année sabbatique. Son retour se fera au sein de l'écurie Williams et sera canon. Dans une équipe largement en avance sur ses rivales, dès le premier Grand Prix de la saison 1993, Alain Prost s'impose sur le circuit de Kyalami (Afrique du Sud). Cette année-là, le pilote français écrasera la concurrence, en remportant 7 des 16 courses de la saison. Il prendra sa retraite à l'issue de cette saison 1993, quittant le monde de la Formule 1 sur un titre de champion des pilotes.

Alain Prost (à gauche) aux côtés de Niki Lauda (au centre) en 1984
Alain Prost (à gauche) aux côtés de Niki Lauda (au centre) en 1984 © DPPI / DPPI Media / DPPI via AFP

• Les retours ratés : Alan Jones, Nigel Mansell et Michael Schumacher

Champion du monde en 1980, l'Australien Alan Jones ne retrouvera jamais son niveau acquis cette année-là au sein de l'écurie Williams. En 1981, Jones prend sa retraite sportive, avant de revenir sur sa décision en 1983. Mais son retour au sein de la team Arrows est un échec, l'Australien ne participant qu'à un seul Grand Prix cette saison. Deux ans plus tard, en 1985, Jones effectuera un deuxième retour sur les circuits de Formule 1, cette fois au sein de la Team Haas. Deux saisons décevantes une nouvelle fois, qui le voient finalement prendre sa retraite définitive à 40 ans, à l'issue de la saison 1986.

Même constat d'échec pour Nigel Mansell. Le pilote britannique atteint son zénith en 1992, année durant laquelle il remporte 9 des 16 Grand Prix de la saison qui lui permettent de remporter son premier titre de champion du monde. Mais alors qu'il était en conflit permanent avec son écurie Williams, le Britannique décide de renoncer à sa carrière en Formule 1. Mansell se tourne alors vers le Champ Car aux États-Unis, où il parvient à performer. Il est de retour en 1994, à la suite du décès tragique d'Ayrton Senna, pour suppléer le Brésilien dans le baquet de la Williams, avec une victoire à la clé. Non conservé, il passe chez Mclaren en 1995 pour un échec cuisant. Trop corpulent pour rentrer dans son monoplace, Mansell ne participera qu'à deux courses cette année-là et son aventure prendra rapidement fin.

Nigel Mansell en 1994 lors de son retour
Nigel Mansell en 1994 lors de son retour © JULIO MUÑOZ/EFE/Newscom/MaxPPP

En 2006, à 37 ans et après sept titres de champion du monde des pilotes acquis en 16 saisons au plus haut niveau, Michael Schumacher annonce prendre sa retraite. Fidèle à l'écurie Ferrari, avec laquelle il est lié depuis près de dix ans, le pilote allemand officie comme collaborateur au sein de la team italienne. Mais Schumacher ne s'éloigne jamais réellement de la piste et effectue quelques essais en privé, avant d'envisager un retour sur les circuits en 2009, qui sera avorté par un grave accident à moto. Finalement, sa sortie de retraite se fera un an plus tard, chez Mercedes. Malheureusement, lors des trois saisons (2010, 2011, 2012) auxquelles il participe, le pilote allemand ne retrouvera jamais son meilleur niveau et subira l'affirmation des Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. Schumacher se retire finalement à l'issue de la saison 2013, avec un seul podium acquis en trois saisons, à 43 ans.

Michael Schumacher lors de son retour avec Mercedes en 2010
Michael Schumacher lors de son retour avec Mercedes en 2010 © FRED DUFOUR / AFP

• Le cas à part : Kimi Räikkönen

Pour Kimi Räikkönen, l'histoire est bien différente des pilotes précédemment cités. Champion du monde en 2007 avec Ferrari, le pilote finlandais décide de quitter le monde de la Formule 1 à 30 ans en 2009, pour celui du rallye. Engagé dans le championnat WRC pendant trois ans, Räikkönen participera même à plusieurs courses de Nascar. Finalement, son retour en Formule 1 se fera en 2012, au sein de l'écurie Lotus et aux côtés du débutant Romain Grosjean. Dès la deuxième course de la saison en Malaisie, Räikkönen termine sur le podium derrière Alonso et Hamilton. Régulier tout au long de la saison, le Finlandais finira 3e pour son retour en Formule 1 et remportera même le Grand Prix d'Abu Dabi en novembre. Depuis, Räikkönen a prouvé sa constance sur les circuits, avec Ferrari puis Alfa Romeo, sans pour autant remporter à nouveau le titre de champion du monde. Encore présent cette saison avec l'écurie italienne, à 40 ans, Räikkönen espère obtenir le premier podium d'Alfa Romeo avant de, peut-être, quitter définitivement le monde de la Formule 1.

Kimi Räikkönen après avoir remporté le GP d'Abu Dhabi pour son retour en 2012
Kimi Räikkönen après avoir remporté le GP d'Abu Dhabi pour son retour en 2012 © DIMITAR DILKOFF / AFP