Crash Romain Grosjean
Il y a un an, ici même sur le circuit de Spa-Francorchamps, Romain Grosjean avait provoqué un crash impliquant Fernando Alonso et Lewis Hamilton. | TOM GANDOLFINI / AFP

Mosley: "La survie de la F1 est en jeu"

Publié le , modifié le

Une limitation des coûts est indispensable pour "la survie de la F1", déclare Max Mosley, l'ancien président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), dans un entretien paru dans le quotidien allemand Welt am Sonntag. "Il s'agit de la survie de la F1. Il faut enfin introduire une limitation des coûts, sinon la F1 va rétrécir, assure le Britannique de 73 ans, qui a dirigé la FIA de 1993 à 2009. "Le problème est que les petites écuries trouvent toujours moins de sponsors pour être compétitifs. Et au final, elles doivent se retirer du sport", poursuit-il.

L'écurie Sauber de Formule 1 avait reconnu être "dans une situation  difficile" début juillet avant l'annonce quelques jours plus tard d'un  partenariat avec des investisseurs russes. La seule solution est un plafonnement "pour les petites comme pour les  grandes écuries", selon l'ex-patron de la FIA, qui prend au passage la défense  de Bernie Ecclestone, grand argentier de la F1 souvent critiqué pour la  répartition inégale des fonds. 

"Ce n'est certainement pas de sa faute si les écuries vivent au-dessus de  leurs moyens. Au contraire: sans lui, la situation serait pire", estime Mosley. La volonté d'introduire un budget plafond à 45 millions d'euros avait coûté  la tête de Max Mosley à la présidence de la FIA en 2009. A l'époque, cela avait  plongé la Formule 1 dans une crise sans précédent, la quasi-totalité des  équipes menaçant alors de créer leur propre championnat parallèle.

AFP