GP Monaco vue aérienne 2013
Le GP Monaco 2013 vue d'en haut | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Monaco, petit moteur pour un gros cœur

Publié le , modifié le

Mythique autant qu'atypique, le GP de Monaco est une course à part dans le calendrier du championnat du monde de F1. Le tracé urbain n'impose pas de grosses contraintes aux moteurs. En revanche, il demande une concentration extrême aux pilotes.

La parole ne sera pas aux moteurs V6 turbo et à leurs détracteurs ce week-end. A Monaco, les pistons se la coulent douce du côté de la piscine ou du Casino. Quelques bouts de piste à fond mais très peu de pleine charge. "Monaco est l’un des rares circuits du calendrier où la performance intrinsèque du moteur n’occupe pas un rôle prépondérant, explique Rémi Taffin, directeur des activités piste Renault Sport F1. Le bloc tourne à plein régime moins de 30 secondes sur un tour, soit à peine un quart de la distance. La clé réside donc au niveau de la souplesse du propulseur dans son ensemble, et non de sa puissance." Les V6 ne sont pas poussés à l'extrême en Principauté mais on leur demande d'aller au bout. Leur robustesse est elle soumise à rude épreuve par la durée de la course. 78 tours à se faire bouger par les bosses et les vibreurs quand ce n'est pas un contact avec le rail qui vous remet sur le droit chemin.

Tourniquet infernal

Qui dit circuit lent, dit freinages à répétition. Avec ses 19 virages et ses nombreux coups de frein, Monaco est un circuit où il sera aisé de recharger le système de récupération d'énergie MGU-K. Dans la voiture, celui qui a le plus besoin d'énergie reste le pilote. Les 3,340 km du tracé monégasque ne sont pas les plus difficiles du calendrier mais la répétition et surtout la présence des rails en font un tourniquet infernal où l'impatience et la déconcentration se payent souvent cash. Le motoriste ne peut pas faire grand-chose pour cela hormis donner au pilote la monoplace la plus facile et réactive possible. "Tout notre travail consiste à le mettre en confiance en lui offrant la monoplace la plus docile possible, confirme Taffin. Le pilote a besoin de sentir que la voiture va réagir exactement comme il le souhaite, répondre instantanément et délivrer le couple au moment où il le faut. Les secteurs clés se situent au niveau du virage de la Rascasse, où les voitures viennent frôler les rails de sécurité, et de l’enchaînement de la Piscine, où le pilote doit effectuer un changement de direction extrêmement rapide tout en passant de la pédale de freins à celle de l’accélérateur."

Rosberg veut doubler la mise

Ayant principalement grandi dans les rues de Monaco, Nico Rosberg pourrait parcourir le circuit les yeux fermés. 2e étoile de Mercedes, l'Allemand a hâte de remettre le couvert sur le Rocher d'autant qu'il reste sur une pole et une victoire en 2013. "Je suis impatient de prendre la piste, avoue-t-il. J'ai hâte de piloter la W05 sur ce tracé très différent des autres. Peut-être que les Red Bull vont se rapprocher de nous. En tout cas, pour moi, après la victoire décrochée ici l'an dernier, il n'y aura qu'un seul objectif : doubler la mise."

Programme

Jeudi:
10h00 à 11h30: 1re séance d'essais libres
14h00 à 15h30: 2e séance d'essais libres

Samedi:
11h00 à 12h00: 3e séance d'essais libres
14h00 à 15h00: séance de qualifications

Dimanche:
14h00: Grand Prix de Monaco (78 tours)

Classements du championnat du monde

Pilotes:
1. Lewis Hamilton (GBR) 100 pts
2. Nico Rosberg (GER) 97
3. Fernando Alonso (ESP) 49
4. Sebastian Vettel (GER) 45
5. Daniel Ricciardo (AUS) 39
6. Nico Hülkenberg (GER) 37
7. Valtteri Bottas (FIN) 34
8. Jenson Button (GBR) 23
9. Kevin Magnussen (DEN) 20
10. Sergio Pérez (MEX) 20
11. Kimi Räikkönen (FIN) 17
12. Felipe Massa (BRA) 12
13. Romain Grosjean (FRA) 4
14. Jean-Eric Vergne (FRA) 4
15. Daniil Kvyat (RUS) 4

Constructeurs:
1. Mercedes-AMG 197 pts
2. Red Bull 84
3. Ferrari 66
4. Force India 57
5. Williams 46
6. McLaren 43
7. Toro Rosso 8
8. Lotus 4

Xavier Richard @littletwitman