Hongrie 2011 - Vettel - Hamilton - Button - Alonso - Massa - Red Bull - McLaren - Mercedes - Ferrari
La pluie a joué son rôle d'élément perturbateur sur le Hungaroring | AFP - DIMITAR DILKOFF

Merci la pluie !

Publié le , modifié le

Comme souvent la pluie a apporté son lot de surprises sur le circuit du Hungaroring ! Une averse avant et pendant la course ont modifié les stratégies de toutes les écuries et poussé à la faute les pilotes les moins prudents. Lewis Hamilton, pilote le plus performant durant le week-end, en a fait les frais en partant en tête-à-queue. Un drame pour le champion du monde anglais, une aubaine pour le spectacle ! Le championnat, en revanche, semble acquis pour Vettel.

La F1 se joue de tous les règlements. Lorsque chaque année la FIA durcit les règles de motorisation ou d'échappements, les ingénieurs de tous bords s'adaptent en un clin d'œil pour proposer une monoplace des plus performantes. Des voitures fiables, de plus en plus facile à conduire. Une avancée essentielle pour la santé des pilotes, mais qui retire un certains charmes aux courses. Un pilote en pole position a le plus souvent une autoroute toute tracée pour la victoire... Pourtant cette apparente maîtrise des événements tombe à plat sitôt que la piste s'humidifie. Tel fut le scénario du Grand Prix de Hongrie, près de Budapest, où la pluie à joué son rôle en électrisant la course. Pendant 70 tour, pilotes et ingénieurs se sont arrachés les cheveux pour trouver la stratégie idoine, alternant entre ultra-tendre, intermédiaire, pluie... Fernando Alonso (Ferrari) est passé six fois par la ligne droite des stands, Lewis Hamilton (McLaren) et Mark Webber (Red Bull) ont ruiné leur course en passant des pneus "très tendres" à "intermédiaires" à 23 tours de l'arrivée pour quelques gouttes tombées sur la piste. Pour les notes artistiques, on notera les jolis têtes à queue d'Alonso (58e tour), Hamilton (46e) , Massa ou encore Ambrosio (dans les stands !). Autant de figures libres qui ont pimenté la 11e épreuve du championnat. Tant mieux, la course en avait besoin.  

Vettel champion officieux

Car sur le plan comptable, le championnat semble se dessiner pour Sebastian Vettel. Deuxième de la course derrière un Jenson Button fin tacticien, le pilote Red Bull a assuré sa première place en tête du classement des pilotes et compte désormais 85 points d'avance sur son dauphin, Mark Webber. Les dernières courses avaient entretenu l'espoir. Deuxième en Grande Bretagne, quatrième en Allemagne, Sebastian Vettel semblait (enfin) descendre de son pied d'étastal. Et avec son ralentissement, c'était tout le championnat de Formule 1 qui retrouvait de son intérêt, avec un retour de "Nando" Alonso au premier plan. Mais ce week-end, le champion du monde en titre a fait très fort. Avec une voiture inférieure, il a décroché la pole position devant les deux McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button. Un exploit qui prend toute son ampleur à voir la sixième place sur la grille de son coéquipier, pourtant vainqueur en Hongrie en 2010. Vettel ne gagne pas que parce qu'il possède la meilleure voiture mais parce que son talent est immense. Avec sa pole en poche, l'originaire d'Heppenheim a ensuite géré son effort, laissant filer les flèches d'argent devant lui et attendant des tours meilleurs... La patience est l'apanage des champions et Vettel est assurément de ceux là. L'Allemand n'a pas couru pour la gagne ce dimanche, il a assuré ses points. C'est ainsi que se gagnent les titres de champion. Sans paniquer, à l'heure où ses adversaires partaient à la faute (Hamilton) ou se perdaient en changements de pneus (Alonso), le pilote de 24 ans a fait sa course. Bravo Vettel et merci la pluie !