Vettel Ferrari Barcelone 2016
Sebastian Vettel (Ferrari) | LLUIS GENE / AFP

Mercedes et Ferrari au coude à coude

Publié le , modifié le

Ferrari, meilleur temps du matin, puis Mercedes, en tête l'après-midi, ont dominé les essais libres du Grand Prix d'Espagne de Formule 1, vendredi sur le Circuit de Catalogne, les deux titans se tenant en quelques dixièmes de seconde.

Sebastian Vettel, quadruple champion du monde, a ouvert le feu, en 1re séance: un meilleur tour en 1 min 23 sec et 951/1000, soit un dixième de moins que son coéquipier finlandais Kimi Räikkönen. Nico Rosberg, vainqueur l'an dernier en Catalogne et leader invaincu du championnat, a répliqué en 2e séance: 1 min 23 sec 922/1000, juste devant Räikkönen, encore lui, comme si le champion du monde 2007 continuait à retrouver un semblant de motivation. Dans les deux séances, Lewis Hamilton, le triple champion du monde en titre, est resté en retrait. "Les Ferrari sont tout près de nous", disait Hamilton jeudi en conférence de presse. Il a peut-être raison, en tout cas les deux séances de vendredi ont confirmé cette analyse. La bonne surprise du jour est venue, une fois de plus, du jeune Max Verstappen, 18 ans. Pour sa séance de découverte de la Red Bull RB12, dans sa nouvelle écurie, le prodige néerlandais est rentré dans le Top 6 de la Séance 1, juste derrière son coéquipier Daniel Ricciardo, bien plus expérimenté que lui. Et il a ensuite signé le 8e chrono de la séance 2, histoire de bien montrer qu'il a sa place dans un "top team".

Ocon en piste, mais pas longtemps

Chez Toro Rosso, Carlos Sainz Jr, l'ex-coéquipier de Verstappen, a bien réagi: 8e chrono du matin, il s'est intercalé entre les deux pilotes Williams. Puis il est monté de trois crans en 2e séance, claquant le 5e chrono derrière les quatre intouchables de Mercedes-AMG et de la Scuderia. Pendant ce temps, le Russe Daniil Kvyat retrouvait le volant d'une Toro Rosso, après avoir été brutalement évincé de Red Bull au profit de Verstappen Jr. Il a moins brillé que Sainz Jr et a terminé la journée sur la 15e ligne de la feuille de chronos, en séance 2. Pas l'idéal pour retrouver la confiance et repartir sur de bonnes bases. A l'autre bout de l'échelle, ce vendredi 13 marquait les débuts du Français Esteban Ocon, 19 ans, dans une Renault F1. Cela ne lui a pas porté chance car le champion 2014 de Formule 3, puis champion 2015 de GP3, n'a pu faire que six tours, le matin, à cause d'une crevaison et d'un problème de batterie sur sa RS16. Puis il a rendu la monoplace jaune au titulaire habituel, Jolyon Palmer. L'autre pilote Renault, Kevin Magnussen, 7e en Russie, a eu plus de réussite: 11e chrono du matin, 14e de l'après-midi, tout en bouclant 70 tours au total, soit beaucoup de données informatiques pour préparer la suite du week-end. Le Français Romain Grosjean, dans les points trois fois sur quatre cette saison, a lui aussi vécu une journée frustrante, à deux secondes des meilleurs, au volant d'une Haas-Ferrari difficile à piloter. Et la fin de semaine risquait d'être rendue encore plus compliquée par une météo incertaine.

AFP