L'accrochage entre Mas Verstappen (RedBull) et Esteban Ocon (Force India)
L'accrochage entre Mas Verstappen (RedBull) et Esteban Ocon (Force India) | ERIC VARGIOLU / E.V.A. / DPPI

Max Verstappen disjoncte et s'en prend à Esteban Ocon

Publié le , modifié le

Adepte du roue contre roue en piste, Max Verstappen pratique aussi le corps-à-corps dans les stands. Après un accrochage avec Esteban Ocon pendant le GP du Brésil, le bouillant Néerlandais est venu pousser plusieurs fois le Français. La FIA n'a pas tardé à infligé une sanction au pilote Red Bull.

On connaissait le pilote sanguin. On sait désormais que Max Verstappen ne se calme pas une fois son casque enlevé. Hors de lui après un son accident avec Ocon au 43e tour le privant d'une possible victoire (il a fini 2e, ndlr), le Néerlandais a rejoint le Français au moment de la pesée pour lui expliquer sa façon de penser ...avec les mains. Une séance de bousculades qui n'a pas été du goût de la FIA ni de Ocon. "J'ai été attristé par son comportement après la course: il était très agressif et les gars de la FIA ont dû intervenir, a raconté le français. Avoir un comportement de dingue, ce n'est pas correct et ce n'est pas sportif. Ce n'est pas comme cela qu'il faut agir".

Du côté de la FIA, les commissaires ont eux aussi très vite dégainé. Ils l'ont condamné à effectuer "deux jours de service public", c'est-à-dire une peine de travail d'intérêt général qui devra être exécutée "dans les six prochains mois". Quelle mouche a piqué Verstappen ? "Il est sorti des stands, je suis resté derrière lui pendant près de deux tours mais j'étais beaucoup plus rapide que lui et l'équipe m'a conseillé de reprendre mon tour de retard, raconte Ocon. Je suis passé à l'extérieur au premier virage - le même mouvement que j'ai fait sur Fernando (Alonso) et sur beaucoup d'autres avant -, mais Max ne m'a pas donné d'espace. Une fois que j'étais à ses côtés, je ne pouvais pas disparaître, alors on est entrés en collision. Mais c'était mon coin et j'avais droit à l'espace." Une version contestée par le Néerlandais. "Bien sûr, un retardataire peut se relâcher, mais il a pris des risques inutiles, surtout contre le leader de la course. Ils lui ont infligé une pénalité pour avoir causé une collision, alors, je pense que cela en dit assez."