Dr Helmut Marko
Le Dr Helmut Marko | DAVID EBENER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Marko : "Pas surpris du départ de Vettel"

Publié le , modifié le

Le Dr Helmut Marko, responsable du Red Bull Junior Team, a expliqué à l'AFP dans le paddock de l'Autodrome de Sotchi en marge du GP de Russie, que Sebastian Vettel "cherchait une nouvelle motivation" en quittant Red Bull, pour aller probablement en 2015 chez Ferrari.

Q: Comment a évolué Vettel en tant que pilote, depuis ses débuts en 2008  chez Toro Rosso ?
R: "Nous l'avions signé chez Red Bull avant même qu'il remporte sa première  victoire dans une Toro Rosso (ndlr: à Monza, sous la pluie, en 2008). Au début  de la saison 2008, il était chez Toro Rosso avec ce Français (ndlr: Sébastien  Bourdais) qui était parfois plus rapide que lui, et Sebastian, pendant les six  premiers mois, a eu beaucoup d'accidents. Quand il est arrivé chez nous (en  2009), il a tout de suite été très rapide. Il n'avait pas d'expérience et il  faisait encore des petites erreurs, comme en Australie quand il s'est accroché  avec Kubica. Il a tapé aussi à Monaco, à Spa, et à partir de là il s'est mis à  ne plus faire d'erreur. C'est la description la plus rapide que je puisse  faire".
   
Q: Sur quels points a-t-il le plus progressé ces dernières années ?
R: "Il a progressé en maturité, il est devenu de plus en plus concentré sur  son travail. Mais il avait déjà le +package+ complet quand il a remporté son  premier titre mondial (en 2010) et il a continué à se préparer très bien, en  limitant les distractions. Ce qui m'a toujours frappé, c'est qu'il revenait de  ses vacances d'été très bien préparé, surtout mentalement. Sa force, c'est dans  la tête".
   
Q: Avez-vous été surpris par l'annonce de son départ ?
R: "Je le voyais venir, donc je n'ai pas été surpris. C'était le bon  +timing+. Nous ne pouvions plus lui garantir une voiture pour gagner,  principalement à cause de notre moteur français (ndlr: Renault), donc il  cherchait une nouvelle motivation, de nouveaux défis à relever. C'est arrivé,  et chez Red Bull nous avons l'habitude de travailler avec des jeunes pilotes,  de les faire progresser, donc nous avons eu la chance de pouvoir trouver  immédiatement un remplaçant".
   
Q: Vous attendiez-vous à ce que Ricciardo soit si bon dès cette année ?
R: "Je m'attendais à ce qu'il soit aussi bon, mais pas aussi vite. Je  pensais qu'il lui faudrait cinq courses, or il était déjà 2e en Australie (1er  GP de la saison, ndlr), avant sa disqualification pour des raisons politiques.  Et deux des trois courses qu'il a remportées, à Montréal et à Budapest,  Sebastian (Vettel) aurait pu les remporter lui aussi. Ce qui est clair, c'est  que ces victoires, dans des circonstances difficiles, l'ont rendu plus fort, et  ont augmenté sa confiance en lui. Il faut voir aussi que Sebastian avait  l'habitude d'une voiture fantastique (de 2010 à 2013), alors que l'autre  (Ricciardo) venait d'une équipe de milieu de tableau (Toro Rosso, filiale de  Red Bull) et remerciait l'équipe chaque week-end de lui donner une voiture  aussi fantastique".
   
Q: Pourquoi avoir décidé aussi vite le nom du remplaçant de Vettel ?
R: "Parce que nous sommes Red Bull: il n'y a qu'un seul propriétaire (ndlr:  Dietrich Mateschitz). La conversation téléphonique a duré 10 minutes et la  décision a été prise, car nous connaissions les alternatives. Nous savons que  (Daniil) Kvyat a une pointe de vitesse incroyable et un contrôle incroyable de  la voiture. Ce qu'il n'a pas encore, c'est l'expérience, la routine".
   
Q: Pourquoi avoir choisi Kvyat plutôt que Jean-Eric Vergne ?
R: "Vergne a eu trois saisons. Il n'a pas eu de chance, du point de vue  technique. Mais à la fin, il n'y a que la performance qui compte, et nous ne  voulons que les meilleurs des meilleurs".

AFP