Maria de Villota
Maria de Villota, lors de sa première apparition publique après son terrible accident | AFP - JAVIER SORIANO

Maria de Villota est décédée

Publié le , modifié le

La pilote espagnole Maria de Villota, gravement accidentée l'an dernier dans un accident lors d'une séance d'essais au volant d'une Marussia de Formule 1, est décédée à l'âge de 33 ans, a annoncé la Scuderia Ferrari sur le réseau social Twitter. Elle est décédée dans un hôtel de Séville, sans qu'il y ait le moindre signe de violence.

"En principe, il n'y a aucun signe de violence mais nous devons attendre  l'autopsie", a déclaré une porte-parole de la police. Sa famille a affiché un message sur sa page officielle Facebook. "Chers  amis: Maria nous a quittés. Il fallait qu'elle aille au ciel comme tous les  anges. Merci à Dieu de nous l'avoir laissée une année et demie de plus".

Fille d'un ancien pilote de F1, Maria de Villota avait été victime d'un  grave accident le 3 juillet 2012 lors d'essais privés en Angleterre, se  blessant grièvement lorsque sa monoplace avait percuté un camion de son écurie  après avoir accéléré de manière inexplicable. Opérée deux fois, la pilote a  ensuite perdu l'usage de l'oeil droit. Il y a un an jour pour jour, le 11 octobre 2012, elle avait fait sa  première apparition publique après son accident, lors d'une conférence de  presse à Madrid.

"Je veux continuer à lutter parce que je crois énormément dans la femme  dans le monde" de la course automobile, avait-elle déclaré, très émue, avec à  ses côtés le grand champion de rallye Carlos Sainz. "Maintenant j'ai un  empêchement physique pour piloter, avant je ne l'avais pas, et désormais je  veux qu'il y ait une relève" féminine, avait-elle ajouté. "Cet oeil m'a redonné le nord, m'a redonné le sens de ce qui est important.  Je le prends comme ça, avec l'énergie de dire que cette nouvelle chance je vais  la vivre à 100%", avait-elle conclu.

Nombreux hommages

"C'est une journée très triste pour le sport espagnol. Une grande combattante  avec un énorme sourire nous a quittés", confie Fernando Alonso. "En ce moment, je ne peux toujours pas le croire et j'ai besoin de prendre un peu de recul pour y penser. Bien  sûr, c'est très triste pour le sport automobile car tout le monde aimait Maria.  Maintenant, tout ce que nous pouvons faire c'est prier pour elle et pour sa  famille", ajoute le pilote Ferrari.

"Elle était forte et optimiste. C'était une personne adorable. Elle était toujours souriante, toujours pleine de vie, et c'était un exemple pour les jeunes filles, après tout ce qu'elle avait traversé", souligne de son côté la Directrice de l'écurie Sauber Monisha Kaltenborn.

AFP