Fernando Alonso  (Ferrari) et Sebastian Vettel (Red Bull)
Sebastian Vettel (Red Bull) face à Fernando Alonso (Ferrari) | Maxppp

L'ultime ligne droite pour Vettel et Alonso

Publié le , modifié le

Comme il y a deux ans avec le sacre sur le fil de Sebastian Vettel, le pilote allemand pourrait bien s'adjuger le titre de champion du monde 2012 aux dépens de Fernando Alonso. Le dernier Grand Prix de la saison qui se dispute au Brésil sera donc décisif, même si cette fois, Vettel possède les cartes en main pour triompher.

Mathématiquement, tout est encore jouable pour l'Espagnol, mais ses chances restent moins importantes. Il suffirait par exemple à Vettel -qui compte 13 points d'avance- de terminer devant Alonso, ou de terminer simplement dans les quatre premières places sur le circuit d'Interlagos. Mais tous les espoirs sont permis pour l'Espagnol qui devra compter sur une contre-performance de son rival, et miser sur un excellent résultat ce week-end. En cas d'égalité de points à la fin de la course, Vettel serait sacré au bénéfice du nombre de victoires cette saison, l'Allemand comptant cinq victoires contre trois pour Alonso.

Alors qu'il comptait déjà 44 points de retard sur Alonso en juillet, Vettel est parvenu à inverser totalement la tendance. Les ingénieurs de Red Bull ont vu rapidement leur travail porté ses fruits, et l'Allemand a alors enchaîné quatre victoires d'affilée lors de la tournée asiatique. Dominateur lors des courses, mais aussi lors des séances d'essais, Vettel bénéficie d'une RB8 plus rapide que ses concurrents. Cela dit, tout peut arriver comme un ennui mécanique, ou encore des conditions météorologiques capricieuses qui pourraient favoriser Alonso.

Une question de fiabilité

C'est peut-être d'avantage l'aspect de la fiabilité qui inquiète l'écurie Red Bull-Renault. Les problèmes d'alternateur qui ont coûté cher lors du dernier GP auraient toutefois été identifiés par Renault, mais la prudence reste de mise dans l'équipe autrichienne. "La fiabilité est un souci", a reconnu Adrian Newey. "C'est malheureusement notre troisième panne d'alternateur cette saison, c'est comme une bombe à retardement. Nous ne savons jamais quand cela va céder", a-t-il admis.

Le camp Ferrari aura donc tout intérêt à y croire jusqu'au bout. "Peut-être que sur le papier, les chances sont minces, peut-être 25%. Mais au fond, je sens que c'est davantage que ça", a d'ailleurs indiqué Alonso. "Nous allons lutter sur cette dernière course en ne tenant rien pour acquis avant le dernier virage", a dit le patron de l'écurie Ferrari Stefano Domenicali. "Je me souviens de 2008, quand nous avons gagné le titre des constructeurs et perdu celui des pilotes dans le dernier virage. J'ai toujours cela en mémoire."

Si Vettel était couronné, il deviendrait à 25 ans le plus jeune triple champion du monde de l'histoire de la F1. Il rejoindrait également l'Argentin Juan Manuel Fangio et son compatriote Michael Schumacher comme le troisième pilote à remporter trois titres de rang.

LES DIFFERENTS CAS DE FIGURE
Vettel déclaré champion si:
- Il termine devant Alonso
- Il termine dans les quatre premiers
- Il termine 5e, 6e ou 7e et qu'Alonso ne gagne pas
- Il termine 8e ou 9e et qu'Alonso ne finit pas mieux que 3e
- Alonso ne finit pas mieux que 4e
Alonso déclaré champion si:
- Il gagne et que Vettel ne finit pas mieux que 5e
- Il termine 2e et que Vettel ne finit pas mieux que 8e
 - Il termine dans les trois premiers et que Vettel ne finit pas mieux que  10e

Romain Bonte