Lewis Hamilton champion du monde 2015 Formule 1
Lewis Hamilton (Mercedes) heureux de pouvoir fêter son troisième titre de champion du monde de Formule 1 ! | CLIVE MASON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Lewis Hamilton : "Incroyable d'égaler Senna, mon idole"

Publié le , modifié le

Grâce à son troisième titre mondial décroché dimanche à Austin, le Britannique Lewis Hamilton a rejoint dans l'histoire de la F1 le Brésilien Ayrton Senna: "C'est incroyable, c'était vraiment l'idole de mon enfance, mon modèle", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Que ressentez-vous après avoir remporté ce 3e titre mondial ?
Lewis Hamilton : "Je réalise un rêve d'enfant, j'ai encore du mal à trouver les mots pour expliquer ce que je ressens. Au moment précis où je vous parle, je me souviens du premier Grand Prix, c'était bien sûr le GP de Grande-Bretagne, auquel j'ai assisté, enfant, avec mon père. Me dire maintenant que je suis triple champion du monde, c'est incroyable! Je veux remercier mes parents pour tous les sacrifices qu'ils ont faits. J'ai aussi envie d'envoyer un message aux jeunes du monde entier: il ne faut jamais abandonner et perdre espoir. Plusieurs fois durant cette journée, j'ai pensé que j'avais course perdue, mais je n'ai jamais perdu espoir".

Ce troisième titre a-t-il une saveur particulière, car vous rejoignez des légendes de la F1 comme Senna ?
L.H. : "Pour moi, c'est vraiment quelque chose d'important à mes yeux, c'est vraiment l'idole de mon enfance, mon modèle. Avoir trois titres comme lui, c'est quelque chose que je n'ai jamais cru possible. Quand j'étais enfant, je voulais être champion du monde, c'est fou de se dire que je suis maintenant triple champion du monde".
 
Après cette 3e couronne, jusqu'où pensez-vous aller ?
L.H. : "Trois titres mondiaux comme Senna était un objectif que je m'étais mis dans le coin de ma tête, même si je ne suis ne pas Brésilien. Après, je veux essayer de continuer à gagner et d'aller le plus loin possible, sans me mettre d'objectifs de nombre de titres ou de victoires".

On vous sait très attaché à votre famille...
L.H. : "Je veux encore les remercier, je ne suis pas le seul Hamilton à avoir accompli quelque chose. Mon père est arrivé de nulle part (issu d'une famille qui a immigré en Grande-Bretagne dans les années 1950, NDLR) et il a réussi. Mon frère cadet aussi qui est le premier pilote handicapé (il est infirme cérébro-moteur et pilote en Coupe Clio, NDLR) : il ne veut rien devoir à mes succès, il veut montrer qu'il est possible d'aller toujours plus loin, plus haut, je suis très fier de lui".

Pouvez-vous revenir sur le déroulement de la course ?
L.H. : "C'était une course extraordinaire, je suis bien parti, mais il a fallu se battre face aux autres pilotes. J'ai connu des hauts et des bas, j'étais en tête, je suis retombé en 4e position. Quand la piste s'est asséchée, c'est devenu très difficile, Nico (Rosberg) a connu son petit problème, je suis passé en tête, mais les dix derniers tours ont été très difficiles".

Tirez-vous une satisfaction particulière d'avoir été sacré à trois courses de la fin de la saison ?
L.H. : "Les deux premières fois (en 2008 et 2014, NDLR), le titre mondial s'était joué lors de la dernière course de la saison. Ce qui est spécial pour moi cette année, je me répète, c'est d'égaler Ayrton Senna".

AFP