Jean-Pierre Jabouille (Renault F1)
Jean-Pierre Jabouille (Renault F1) | DR

Les poles marquantes de Renault

Publié le , modifié le

A l'occasion de la 200e pole position de Renault en Formule 1, voici un retour sur les principales poles du constructeur français.

La toute première pole Renault : Jean-Pierre Jabouille, Afrique du Sud 1979

Jean-Pierre Jabouille est l’homme des débuts de Renault en F1. C’est lui qui est au volant de la toute première F1 frappée du Losange à s’aligner au départ d’un Grand Prix, à Silverstone en 1977. L’année suivante, le projet prend corps avec le développement de la RS01. Jabouille décroche la troisième place en qualifications, sur l’Osterreichring (Autriche) et à Monza, où la vitesse de pointe est déterminante. En 1979, Renault dispute une saison complète avec deux monoplaces, René Arnoux rejoignant Jean-Pierre Jabouille. C’est lors du troisième rendez-vous que Jabouille offre à Renault la première pole de son histoire en F1, la première pour une voiture à moteur turbo, devant la Ferrari de Jody Scheckter. Malheureusement, il abandonne sous les trombes d’eau. Cette saison-là, il décrochera trois poles supplémentaires et permettra à l’équipe de remporter sa première victoire lors du Grand Prix de France.

Première pole d’Alain Prost : Allemagne 1981

Alain Prost fait ses débuts en F1 avec McLaren en 1980. Alors qu’il marque des points pour sa première course, il vit une saison difficile au volant d’une voiture peu fiable. En 1981, il rejoint René Arnoux chez Renault. Si Arnoux est le pilote emblématique de l’équipe, Prost se distingue rapidement par ses prestations. Il s’impose pour la première fois avec Renault devant ses supporters, à Dijon. Il se qualifie aussi en deuxième place sur la grille en Argentine et en Grande-Bretagne. C’est finalement en Allemagne qu’il obtient la première pole position de sa carrière. Même s’il mène un temps la course, il termine deuxième derrière la Brabham de Nelson Piquet. Au total, Prost décrochera 23 poles au volant d’une F1 motorisée par Renault et remportera son quatrième titre mondial avec une Williams-Renault.

Première pole de Nigel Mansell : États-Unis (Dallas) 1984

Nigel Mansell débute en F1 en 1980, avec le Team Lotus de Colin Chapman. Il est pour la première fois associé à Renault avec Lotus, durant la deuxième moitié de saison 83. L’année suivante, la Lotus 95T se révèle très compétitive. Mansell termine troisième en France et mène à Monaco avant de partir à la faute. C’est sur un autre circuit urbain, à Dallas, qu’il obtient sa première pole position, devant son coéquipier Elio de Angelis et Derek Warwick, alors pilote Renault. Mansell est en tête pendant la première moitié de course avant de céder les commandes à Keke Rosberg. A trois tours du drapeau à damiers, sa boite de vitesses lâche et, après avoir tenté de pousser sa voiture jusqu’à la ligne d’arrivée, il se classe sixième. Dans sa carrière, Mansell décrochera 18 poles avec un moteur Renault, plus le titre de Champion du Monde 1992 avec Williams-Renault.

Première pole d’Ayrton Senna : Portugal 1985

Ayrton Senna arrive en Formule 1 en 1984 avec Toleman et une réputation de futur grand pilote. Il rejoint Lotus-Renault en 1985 et laisse entrevoir un magnifique potentiel au volant de la 97T, malgré un abandon au Brésil pour l’ouverture de la saison. Pour son deuxième GP avec Lotus – et seulement le 17e de sa carrière – il s’adjuge la pole position au Portugal, devant la McLaren de Prost. La course est pimentée par l’arrivée de la pluie, sous laquelle Senna excelle. Il épate la concurrence et remporte sa première victoire, quand les cadors de l’époque sont en difficulté sur une piste à l’adhérence si précaire. Au total, il enregistrera 18 poles positions avec un moteur Renault, chez Lotus puis Williams.

Première pole de Fernando Alonso : Malaisie 2003

Fernando Alonso fait son apprentissage en F1 en débarquant chez Minardi en 2001. Pilote de réserve Renault la saison suivante, il est titularisé en 2003 au sein du team d’Enstone. Il montre rapidement tout son talent au volant de la R23, en s’adjugeant la pole position du Grand Prix de Malaisie, deuxième rendez-vous de l’année. Il mène le début de course avant d’être dépassé par Kimi Raïkkönen lors de son arrêt au stand, puis de céder face aux assauts de Rubens Barrichello. Il parvient à assurer la troisième place, son premier podium en F1 et le premier pour un Espagnol. Il remporte son premier GP avec Renault cette même saison, en Hongrie, avant d’être sacré Champion du Monde avec le Losange en 2005 et 2006. Il permet à Renault de compter 16 poles supplémentaires.

Première pole de Red Bull Racing : Chine 2009

Red Bull Racing fait ses débuts en F1 en 2005 et choisit Renault comme motoriste à partir de la saison 2007. Adrian Newey, qui doit dessiner les nouvelles Red Bull, retrouve ainsi Renault, partenaire technique de Williams lors des fabuleuses années 1990 (4 titres Pilotes, 5 titres Constructeurs). La première année, David Coulthard et Mark Webber enregistrent 16 départs dans le top 10, avec un podium final au Grand Prix d’Europe. En 2008, les Red Bull Racing-Renault deviennent des candidates régulières aux points. Mais c’est en 2009 que Mark Webber et Sebastian Vettel, nouvelle et talentueuse recrue, parviennent à passer à la vitesse supérieure. Après un début de saison mitigé, Red Bull-Renault marque les esprits en Chine : Sebastian Vettel arrache la pole d’un dixième de seconde, Mark Webber se classe troisième.

200ème pole : Mark Webber, Corée du Sud 2012

Mark Webber de Red Bull Racing offre à Renault sa 200ème pole en Formule 1 au Grand Prix de Corée. L’Australien bat son équipier Sebastian Vettel pour s’assurer la pole avec une marge infime et faire de Renault un des deux seuls constructeurs de moteurs ayant obtenu deux centaines de poles dans l’histoire du sport. Les moteurs Renault ont pris le départ de 40% des courses auxquelles ils ont participé à partir de la pole et la Régie est seulement à neuf poles du record absolu pour le nombre de poles obtenues par un constructeur.

communiqué de presse Renault Sport F1