Button et Vettel en conférence de presse
Jenson Button en discussion avec Sebastien Vettel: les deux hommes ont cosigné une lettre condamnant les changements introduits cette saison en F1 | AFP - DPPI MEDIA - FRANCOIS FLAMAND

La grogne monte chez les pilotes de F1

Publié le , modifié le

Jenson Button et Sebastian Vettel, deux anciens champions du monde de Formule 1, ont cosigné mercredi une lettre ouverte de l'association des pilotes de Grand Prix (GPDA) condamnant les changements "perturbateurs" introduits récemment et qui risquent, selon eux, de mettre en péril l'avenir de leur sport.

"La Formule 1 fait actuellement face à un environnement économique global difficile, à cause des changements rapides dans les habitudes des consommateurs et des modifications importantes dans le paysage médiatique et télévisuel", explique la GPDA dans sa lettre. "Il est fondamental que les dirigeants du sport prennent de bonnes orientations après avoir pesé le pour et le contre, ajoute-t-elle. Nous avons l'impression que les récents changements, à la fois sur le plan sportif et technique, y compris quelques décisions concernant l'aspect commercial, sont perturbateurs et ne répondent pas aux problèmes les plus importants rencontrés par notre sport et qui, dans certaines situations, pourraient mettre en péril son avenir."

"Les pilotes sont arrivés à la conclusion que le processus de prise de décision dans ce sport est obsolète, mal structuré et empêche le progrès, accuse la GPDA. Cela a un impact négatif sur notre sport, l'empêche d'être à la hauteur pour la prochaine génération de fans et compromet la croissance future."

L'association n'entre pas dans le détail de ses griefs, mais les pilotes se sont récemment émus du nouveau système de qualifications à élimination directe introduit à l'occasion du Grand Prix d'Australie, qui s'est soldé par un fiasco et a été immédiatement abandonné, ou encore de la répartition des revenus de leur sport. Ils craignent également de voir décliner l'audience de la Formule 1 avec la généralisation des diffusions payantes des courses, dans un sport qui essaie de combattre son image de discipline devenue ennuyeuse à regarder.

AFP