La Mercedes de Nico Rosberg, au départ du Grand Prix du Bahreim 2016.
La Mercedes de Nico Rosberg, au départ du Grand Prix du Bahreim 2016. | AFP

La FIA accepte de revenir à l'ancien format des qualifications

Publié le , modifié le

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) et le patron de la F1, Bernie Ecclestone, ont accepté la proposition "unanime" des écuries de revenir au format de qualifications en vigueur en 2015, ont-ils annoncé jeudi. "Cette proposition, si elle est approuvée par les organes de gouvernance de la F1, entrera en vigueur dès le Grand Prix de Chine (17 avril) et s'appliquera pour le reste de la saison", ont précisé la FIA et Formula One Management (FOM) dans un communiqué commun.

Le format de qualifications pour un Grand Prix de F1 avait été modifié pour la saison 2016, avec une élimination d'un pilote toutes les 90 secondes en cours de portion (Q1, Q2, Q3), créant une grosse polémique au sein du paddock. L'ancien format contient lui aussi les trois portions (Q1, Q2 et Q3), mais pas d'élimination directe toutes les 90 secondes.

Lors du GP d'Australie, qui a ouvert la saison à la mi-mars, la séance de qualifications avait tourné au flop, la nouvelle formule, imaginée dans l'urgence au cours de l'hiver et validée par le Conseil mondial de la FIA, s'attirant de vives critiques. Censée pimenter le spectacle selon ses inventeurs, cette réforme a eu l'effet inverse: la plupart des pilotes n'ont pas joué le jeu. Les Mercedes semblant intouchables, ils ne se sont pas battus pour la pole position, préférant économiser leurs pneus pour la course du dimanche. Plus absurde encore, ce nouveau système avait abouti à l'élimination de pilotes qui étaient pourtant en train d'améliorer leur meilleur tour, comme le Français Romain Grosjean (Haas). La polémique ne s'est pas apaisée après la deuxième séance de qualifications de la saison, le week-end du 2-3 avril à Bahreïn. Todt avait alors déclaré qu'il souhaitait une décision prise "à l'unanimité", condition requise par le règlement en cas de modification en cours de saison.

AFP