Sebastian Vettel (Red Bull)
La Red Bull de Sebastian Vettel a des problèmes avec son nouveau moteur V6 renault | JORGE GUERRERO / AFP

La F1 fait un saut dans l'inconnu

Publié le , modifié le

La saison de Formule 1, qui débute le 16 mars à Melbourne par le Grand Prix d'Australie, se présente comme un grand saut dans l'inconnu et surtout une bagarre intense entre trois interprétations, française, allemande et italienne, du règlement technique 2014.

Les nouveaux V6 turbo doublement hybrides, truffés de technologie, vont  révolutionner la catégorie-reine du sport automobile. La F1  est désormais en  phase avec son époque, celle du respect de l'environnement et des économies  d'énergie. Elle redevient aussi un laboratoire pour les voitures de demain,  comme quand le turbo Renault a fait sa première apparition, en 1977. Trois motoristes haut de gamme, Renault, Mercedes et Ferrari, ont répondu  au défi lancé par la Fédération internationale de l'automobile (FIA): relancer  l'intérêt de la F1 , après quatre ans de monopole Red Bull, autour d'un moteur  plus petit (1,6 l de cylindrée), turbocompressé et équipé de deux systèmes de  récupération d'énergie, au freinage et à l'échappement. C'est d'abord un challenge technique qui a dû être relevé par les  ingénieurs des 11 écuries rescapées de la crise économique: concevoir et  construire de nouvelles monoplaces capables de fonctionner aussi bien, voire  mieux, et de rouler aussi vite, malgré des contraintes énormes: plus de risques  de surchauffe, moins d'appui aérodynamique, moins d'énergie à consommer. Comme si cela ne suffisait pas, le recours à des pilotes payants, prêts à  compenser leur manque d'expérience par une valise remplie de dollars, a fait  tache d'huile. La preuve, un Vénézuélien qui n'a marqué qu'un seul point en  2013, Pastor Maldonado, finissant 18e du championnat pilotes, a été promu en  2014 chez Lotus, l'une des quatre écuries de pointe.

Mercedes a la cote

Les essais hivernaux, à Jerez (Espagne) et Bahreïn, ont permis de roder les  nouvelles monoplaces, affublées pour certaines d'un museau de fourmilier  (Ferrari) ou de nasique (Toro Rosso), pour cause de nouvelle réglementation  technique. Lotus a été plus créatif, avec un nez asymétrique, en forme de  diapason, pour contourner la difficulté... et faire parler les curieux. Le principal enseignement d'une longue avant-saison compliquée, frustrante,  c'est que personne n'est vraiment prêt. Pas même l'écurie Mercedes-AMG, qui  fait pourtant figure de favorite, vu le nombre de tours bouclés (975) et le  niveau des chronos, souvent les meilleurs, réalisés par Lewis Hamilton et Nico  Rosberg. L'autre leçon provisoire, c'est que Red Bull va démarrer avec un handicap  chiffré à deux mois, à la louche, par le très sérieux Dr Helmut Marko,  conseiller spécial de Dietrich Mateschitz, le roi de la boisson énergétique  propriétaire de l'écurie tenante du titre. Et que tout le talent de Sebastian  Vettel, quadruple champion du monde en titre, ne suffira peut-être pas à éviter  de grosses désillusions au printemps.

Une pensée pour Schumi

Si la F1  était une science exacte, ça se saurait. Quant à la révolution  technologique en cours, avec son cortège de pannes prévisibles, elle devrait  produire de jolies surprises (Williams ?), pour le plus grand plaisir de  millions de fans lassés d'assister à leurs frais, sur des chaînes cryptées,  payantes, à des courses devenues défilés promotionnels de la société Red Bull,  experte en marketing.    Pour faire remonter les audiences, en baisse de 10% en 2013, il y aura  encore 22 pilotes de haut vol dont un revenant très populaire dans son pays, le  Japonais Kamui Kobayashi (Caterham), et trois débutants: le Suédois Marcus  Ericsson, aussi chez Caterham, le Russe Daniil Kvyat (Toro Rosso) et le Danois  Kevin Magnussen (McLaren). Il y aura toujours quatre Allemands (Vettel, Rosberg, Hülkenberg, Sutil),  mais plus que trois Britanniques (Hamilton, Button, Chilton) et trois Français  (Grosjean, Vergne, Bianchi), car les places sont de plus en plus chères au  pinacle du sport automobile. Et il y aura encore deux Finlandais (Räikkönen et  Bottas) et deux Mexicains (Pérez et Gutiérrez), comme en 2013. Tous auront forcément une pensée, à Melbourne, pour leur glorieux aîné,  Michael Schumacher. Le septuple champion du monde allemand aimerait bien sortir  du coma, à l'hôpital de Grenoble, pour assister au coup d'envoi de cette saison  2014 qui pourrait sourire à Mercedes. La marque pour laquelle "Schumi" avait  commencé, en endurance, et terminé, en F1 , son illustre carrière de pilote.

AFP