Kubica déjà tourné vers son retour

Publié le , modifié le

Gravement accidenté le week-end dernier lors d'une épreuve de rallye, Robert Kubica n'a pas perdu le moral, au contraire: "Je veux revenir sur la piste plus fort qu'avant", a-t-il déclaré dans une interview à la Gazzetta dello Sport. "Parce qu'après ce genre d'accident, tu n'es plus le même, tu t'améliores." Selon les avis médicaux, le retour du pilote Lotus Renault pourrait se faire entre 6 mois et 2 ans. "Je dois revenir cette année", lance-t-il.

Les sportifs sont des êtes à part en général, plus encore les pilotes automobiles. Moins d'une semaine après avoir été victime d'un grave accident lors d'un rallye en Italie, Robert Kubica envisage déjà son retour sur les circuits de Formule 1. Sept heures d'opération, un bras droit presque amputé par le rail de sécurité, des fractures au coude, à la jambe et à l'épaule droite, et une nouvelle opération à venir, tout cela et le reste ne le conduit pas à la grande prudence à l'avenir: "Le début de la préparation, je n'ai que ça en tête. Je dois revenir cette année. J'ai une volonté folle de vaincre le temps avec une préparation poussée au maximum", dit-il dans une interview à la Gazzetta dello Sport. "Je veux revenir sur la piste plus fort qu'avant. Parce qu'après ce genre d'accident, tu n'es plus le même, tu t'améliores." Pourtant, le pilote de F1 ne se souvient plus des circonstances de l'accident: "Je ne sais pas ce qui a pu se passer, de l'accident, je ne me rappelle rien. Je me suis réveillé à l'hôpital." Seule la possibilité de refaire du rallye n'est pas encore bien arrêtée dans son esprit: "Ce n'est pas qu'une passion, c'est aussi un entraînement dur, sévère, pour la F1. Refaire du rallye? Je ne sais pas encore..."

Le Polonais s'appuie sur son expérience pour avoir ce moral de fer: "Ca m'était arrivé en 2007, après l'accident au Canada (en F1). J'ai manqué une course et quand je suis revenu j'étais meilleur. Un pilote, ce n'est pas seulement un volant et un accélérateur, c'est quelque chose en plus (...). Après 2007 j'étais plus fort comme pilote, et mentalement. Et cette fois aussi ce sera comme ça, quand je serai physiquement en forme." Et l'expérience ne se résume pas qu'à la course: "Il y a sept ans, quand j'ai eu un accident dans une voiture que conduisait un ami, une autre voiture dont le conducteur était ivre nous est rentrés dedans. Cette fois aussi j'avais fini contre un rail de sécurité, le même bras droit massacré. Et quatre jours après je ne le sentais pas aussi bien que je me sens aujourd'hui (jeudi)", se souvient-il.

Lorsque Gérard Lopez, le propriétaire de Lotus Renault, est venu lui rendrez visite, il avait rigolé: "Je suis un robot, tu ne le savais pas?" S'il a un regret, c'est à l'égard des siens: "Je regrette beaucoup d'avoir fait souffrir ma mère, la peur, tout le reste... Quand on fait ce métier, on ne pense pas aux conséquences, aux gens qui sont près de nous et qui ont mal. Pourtant..."