Lewis Hamilton
Lewis Hamilton espère remonter sur la première marche du podium, comme il l'avait fait l'année dernière | DIMITAR DILKOFF / AFP

Hamilton : "Je suis incroyablement fier"

Publié le , modifié le

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) a décroché, ce dimanche à Monza, au Grand Prix d'Italie, sa 40e victoire en Formule 1, puis a expliqué qu'il se sentait "incroyablement fier" en haut du podium de ce circuit "spécial". Une fierté parfaitement compréhensible car, des essais à la course, en passant par les qualifications, le pilote Mercedes a tout dominé. Reste que si, sur le circuit, la victoire d'Hamilton était nette et sans bavure, les commissaires de courses, pour une affaire de pression de pneu, ont mis plusieurs heures avant de la valider.

Qu'est-ce que ça fait de gagner encore ici à Monza, pour la 3e fois de  votre carrière en F1 ?

Lewis Hamilton : "Ce week-end a été fantastique, parfait. Je ne sais pas si j'ai déjà  vécu un week-end comme celui-là. Ce circuit est spécial, je pense que c'est  pareil pour tous les pilotes, et quand on se retrouve sur la plus haute marche  du podium, on se sent incroyablement fier de faire partie des grands, avec  autour de nous une mer de fans, la plupart en rouge. Ca ne ressemble à aucun  autre podium que j'ai vécu, donc c'est très émouvant. Je veux aussi féliciter  Sebastian (Vettel) et Felipe (Massa). Je suis fier d'être sur ce podium avec  eux".

Pouvez-vous nous raconter cette course ?

L.H. : "C'était une course fantastique. J'ai pris un bon départ, même si je  pense que c'était un départ difficile pour tout le monde, et j'ai réussi à  rester devant. Sebastian (Vettel) a vraiment été fair-play dans le premier  virage et après j'ai réussi à m'éloigner petit à petit, en faisant attention à  mes pneus, tout en creusant l'écart. J'ai plutôt bien réussi à contrôler et je  me sentais à l'aise. L'équilibre général de ma voiture était parfait pour la  course, meilleur qu'en qualifications. Ce sont sûrement mes réglages préférés  depuis le début de l'année, en course".

Comment avez-vous réagi en fin de course, quand votre équipe vous a  demandé d'attaquer (pour compenser une éventuelle pénalité après l'arrivée) ?

L.H. : "Pendant les derniers tours, on m'a demandé d'attaquer et je ne  comprenais pas, car j'avais déjà creusé un gros écart. Mais je l'ai fait quand  même, car ils me l'ont demandé. Il faut vraiment que je leur tire mon chapeau,  ça fait deux ans qu'ils font un travail remarquable et je ne pourrai jamais les  remercier assez. Ils font tout le temps attention au moindre détail. Ils  améliorent tout ce qu'ils peuvent, dans les usines de Brackley (châssis) et  Brixworth (moteurs). Je n'ai jamais vu ça. Je n'aurais pas pu réussir sans eux.  Ce que nous avons réussi aujourd'hui est vraiment spécial".

AFP