Hamilton :"J'ai choisi de faire autrement"

Hamilton :"J'ai choisi de faire autrement"

Publié le , modifié le

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur dimanche à Monza de son 28e Grand Prix de Formule 1, a expliqué qu'il avait "choisi de faire autrement" quand son ingénieur lui a conseillé de rester à distance de son coéquipier Nico Rosberg.

Q: Qu'est-ce qui s'est passé au départ ?
R: "Je ne sais pas pourquoi, mais au départ, il y a un bouton sur lequel on  doit appuyer pour lancer la procédure et pendant le tour de formation il ne  fonctionnait pas. J'ai pensé: +pas de problème, je m'en servirai juste pour la  course+ mais quand je suis arrivé sur la grille il ne fonctionnait toujours  pas. C'est vraiment très étrange, car ça n'était jamais arrivé auparavant, et  la séquence lumineuse, sur le tableau de bord, était différente aussi. J'ai  quand même essayé de démarrer le plus vite possible, mais le régime moteur  partait dans tous les sens. On n'avait jamais essayé de départ sans la séquence  de lancement, alors je ne savais pas du tout quoi faire, donc j'ai enfoncé la  pédale à fond et j'ai croisé les doigts. Heureusement j'ai réussi à ne pas  perdre trop de places (ndlr: 4e à la fin du 1er tour)".

Q: Comment avez-vous vécu la suite de cette course, de l'intérieur ?
R: "En début de course, je me suis bien battu avec Felipe (Massa), qui a  été très fair-play au premier virage, puis mon ingénieur m'a dit que je ferais  mieux de rester un peu en retrait (ndlr: à la 2e place derrière Rosberg, en  ménageant ses pneus en prévision de la fin de course, sur la radio de bord).  Sachant tout ce qui s'était déjà passé cette année, j'ai choisi de faire  autrement. Je sentais bien la voiture et j'étais tout près de lui, je savais  aussi que je n'aurais peut-être pas d'autre chance (de le dépasser), donc je  l'ai saisie".

Q: Est-ce que vous estimez que vous avez ignoré les consignes de course et  provoqué, par votre attitude, la faute de Rosberg à la chicane ?
R: "D'abord, je n'ai pas ignoré les consignes de course. J'ai une très  bonne relation avec mon ingénieur et il me guide vraiment pendant la course. Si  je perds un peu de temps, ici ou là, il me le dit pour que je corrige les  choses. Mais au bout du compte, c'est moi qui suis sur la piste. Je savais que  si je mettais un peu de pression (sur Rosberg), une opportunité pourrait se  présenter. J'étais venu ici pour faire mon boulot et je l'ai fait, donc je suis  très heureux. Je veux vraiment féliciter l'équipe. Ils avaient dit qu'ils  voulaient un doublé et ils l'ont obtenu".

AFP