Lewis Hamilton Mercedes
Lewis Hamilton (Mercedes) | JOSEP LAGO / AFP

Hamilton, c'est aussi le plus rapide

Publié le , modifié le

Lewis Hamilton (Mercedes) est devenu à égalité avec Michael Schumacher le pilote le plus titré de l'histoire sur le tracé d'Hungaroring. Le Britannique a devancé Kimi Raïkkönen (Lotus) et Sebastian Vettel (RedBull) sur la ligne d’arrivée. Romain Grosjean (Lotus), bien que performant depuis le début du week-end, n'a pu bonifier sa séance de qualifications.

Ce n’est pas ce week-end que Romain Grosjean (Lotus) succédera à Olivier Panis, dernier pilote français à avoir remporté un GP de Formule 1. Parti de la deuxième ligne, sur le côté "propre" de la piste, le Français -qui avait décroché in-extremis le podium l’an passé sur le circuit du Hongaroring- n’a pas été gâté plus que ça par les événements dimanche. Grosjean, sanctionné de deux passages par les stands pour un accrochage avec Button (26e tour) puis pour avoir sorti ses quatre roues de la piste lors d’un dépassement sur Massa (40e tour), a finalement pris la 6e place sur la grille finale.

Hamilton à égalité avec Schumacher

Lewis Hamilton (Mercedes), pole position samedi, a lui tenu le coup jusqu’au bout malgré la pression constante des monoplaces de Kimi Raïkkönen (Lotus) et de Sebastian Vettel (RedBull). Le Britannique, qui avait égalé le record d'Ayrton Senna la saison dernière, est devenu avec Michael Schumacher le pilote le plus titré de l'histoire sur le tracé du GP de Hongrie, avec quatre victoires au compteur. Hamilton s'est par la même occasion sa première victoire cette saison avec sa nouvelle écurie, Mercedes. Au classement général, Vettel conforte son matelas d'avance sur Raïkkönen avec 38 unités d'avance sur le Finlandais.

Raïkkönen domine Vettel

L'Allemand en pneus neufs, le Finlandais en usés, ces deux-là se sont d'ailleurs livrés à un combat sans merci dans la quête pour la deuxième place. Celui-ci a finalement tourné court en raison de la stratégie adoptée par "Raïkko" de ne passer que deux fois par les stands. A deux tours de l'arrivée, et alors que l'écart était retombé à moins d'une seconde, le triple champion du monde en titre -sur un dépassement par l'extérieur- a malheureusement vu son dauphin au classement pilotes lui fermer la porte.

Car c'est sans doute l'un de ses enseignements de la journée : Fernando Alonso (Ferrari), seulement 5e en course, a laissé pour la première fois de l'année sa place de dauphin. En retrait, l'Espagnol n'est jamais venu se "frotter" au haut du panier à Budapest, se contentant de limiter la casse en empêchant Grosjean de prendre la poudre d'escampette. Décidément, l'heure n'est pas à la fête dans le clan de la Scuderia...