Romain Grosjean (Lotus Renault)
Romain Grosjean (Lotus Renault) lorgne vers un baquet de F1 | DR

Grosjean : "Pas de pression particulière"

Publié le , modifié le

Le Français Romain Grosjean, 25 ans, de retour en Formule 1 après deux ans d'absence, a découvert lundi sa nouvelle monoplace, la Lotus-Renault E20, puis a expliqué qu'il la trouvait "plutôt jolie".

Question: Comment trouvez-vous votre nouvelle voiture ?
Romain Grosjean: "Elle est plutôt jolie, bien finie, harmonieuse. Elle a peut-être le nez le moins moche des moches. C'est une évolution par rapport à 2011, il n'y a pas de grande nouveauté. Elle est grande et large et j'ai même dû faire avancer les pédales. Comme on est en début de saison, il y a beaucoup de choix à faire dans le cockpit, comme par exemple le +grip+ du volant. C'était assez génial de la voir évoluer, car j'ai passé beaucoup de temps à Enstone et j'ai suivi tout le +process+, depuis la maquette grandeur nature jusqu'au jour où ils ont fait démarrer la voiture. Après, on est tous allés boire une bière, avec les ingénieurs et les mécanos."

Q: Comment vous entendez-vous avec votre coéquipier Kimi Räikkönen?
RG: "Je l'ai vu en décembre et en janvier à Enstone, puis on s'est retrouvés aujourd'hui. Son arrivée chez Lotus est une bonne chose, c'est un peu comme un +boost+ pour l'équipe, et ça se passe très bien entre nous. Ca ne me choque pas qu'il commence les essais, pour des raisons de marketing. Il a été champion du monde et il n'aura pas besoin d'un temps d'adaptation pour être de nouveau dans le coup (ndlr: après deux saisons hors-F1). Avec Kimi, on veut tout faire pour que Lotus soit le mieux placé possible sur la grille et je n'ai pas l'intention de m'éparpiller sur des sujets que je ne peux pas contrôler".

Q: Quels sont vos objectifs pour 2012 ?
RG
: "Lotus vise la 4e place du championnat, donc le but c'est de donner 100% à chaque fois et de ne pas faire d'erreur. Je connais bien l'écurie car j'étais 3e pilote fin 2011 et je m'entends très bien avec mon ingénieur. Je n'ai pas d'objectif personnel à Melbourne (pour le GP d'Australie) et je n'ai pas de pression particulière, je préfère toujours que les gens attendent quelque chose de moi. La priorité c'est de faire ces trois semaines d'essais (ndlr: cette semaine à Jerez, puis deux fois quatre jours à Barcelone), d'essayer beaucoup de choses différentes, qu'il s'agisse d'aérodynamique ou même de pression des pneus. Ca ne fera que six jours en tout, pour chaque pilote, donc ce n'est pas beaucoup".

Q: Que pensez-vous de la présence de trois pilotes français en F1 ?
RG: "C'est bien si ça nous permet aussi d'avoir à nouveau un Grand Prix de France au calendrier. Et je veux leur dire aussi (à Jean-Eric Vergne et Charles Pic) qu'il faut en profiter, se faire plaisir, parce qu'une première titularisation en F1 c'est toujours quelque chose de spécial".

AFP