Romain Grosjean
Romain Grosjean à le sourire avant le Grand Prix de Monaco | OLIVIER MORIN / AFP

Grosjean: "Monaco, un Grand Prix que j'aime"

Publié le , modifié le

Romain Grosjean (Lotus), 3e temps des premiers essais libres du GP de Monaco de F1 jeudi, espère tirer son épingle du jeu dimanche en Principauté, sur un tracé qui ne fait pas partie de ses favoris mais qu'il "aime" pour les sensations qu'il procure.

Que vous inspire ce Grand Prix de Monaco ?
Romain Grosjean: "Ce n'est pas mon tracé favori mais c'est un Grand Prix que j'aime. En fait, j'aime aller jouer avec les rails (de sécurité), avoir cette sensation de passer la Piscine à 250 km/h, c'est un truc de fou. On ne voit plus rien, ça vibre dans tous les sens, c'est magnifique. Après, quand on est dans (l'épingle du) Loews, Mirabeau, le Portier, c'est lent. Ce n'est pas comme Suzuka (au Japon) où ça vole et où le pilotage peut s'exprimer à 2000%. Ici, c'est plutôt le feeling, et c'est ça qui est sympa".
   
Quel bilan tirez-vous de ces deux séances d'essais libres ?
R.G: "D'entrée la voiture était là, les sensations de l'an dernier aussi. On a une très bonne voiture pour ici, mieux que l'an dernier, notamment en traction, grâce aux échappements "Coanda" qui donnent énormément d'appui quand on remet les gaz. On a fait des petits changements pour la 2e séance, c'était un poil meilleur, et on sait ce qu'il faut faire, sur des petites choses, pour gagner encore un peu de temps samedi. Cet après-midi, lors de mon premier tour en "Options" (pneus super-tendres), je pensais que l'adhérence serait meilleure. J'ai bloqué les roues avant alors que j'étais déjà dans le virage, sur la trajectoire, c'était trop tard pour éviter le rail. On sait ce qui s'est passé, les mécaniciens vont réparer, et ce n'est pas le genre d'erreur qui fait perdre la confiance. C'est un peu dommage, car j'aurais pu rouler plus longtemps, mais Kimi (Räikkönen) a fait un super travail et il a bien amélioré son meilleur chrono avec les pneus super-tendres. Ça me coûtera une tournée dimanche soir".
   
Comment envisagez-vous les qualifications et la course ?
R.G: "Ça va être serré. Fernando (Alonso) est rapide, il a fait un très bon temps en pneus tendres, mais j'ai été surpris qu'il ne gagne que quatre dixièmes, au lieu d'une seconde, avec les pneus super-tendres. Les Mercedes aussi sont rapides mais elles ne sont pas sur une autre planète. Ils vont avoir la même stratégie que tout le monde, donc il faudra être plus intelligents qu'eux. On a bien travaillé, dans la bonne direction, après avoir eu trois courses très difficiles. A Bahreïn, on a retrouvé des réglages que j'aime, et à Barcelone, la simulation, après quelques tours, disait qu'on aurait dû finir troisième. Ici, on a encore passé un petit cap, sur des petites choses qui font que mon ressenti est meilleur dans la voiture, et ça se voit. S'il pleut dimanche, ça mettra un peu de piment, mais je pense honnêtement que personne ne rêve de rouler sous la pluie à Monaco, c'est trop tendu".