Grand Prix des Etats-Unis : Lewis Hamilton, à l’aube d’une cinquième couronne ?

Publié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Lewis Hamilton
Lewis Hamilton pourrait être sacré une cinquième fois en F1 dimanche, à Austin. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Auteur de la 81e pole position de sa carrière à Austin, Lewis Hamilton s’élancera dimanche soir pour tenter de décrocher une cinquième étoile mondiale. Il rejoindrait ainsi l’Argentin Juan Manuel Fangio, dont l’hégémonie dans les années 50 lui permet pour l’instant d’occuper seul la deuxième place au classement des pilotes les plus titrés en formule 1, derrière la légende Michael Schumacher (7 titres). Mais Sebastian Vettel (Ferrari), cinquième sur la grille, fera tout pour retarder au maximum le sacre de l’Anglais.

Lewis Hamilton couronné à 3 Grand Prix de la fin de la saison ? C’est la belle histoire qui pourrait s’écrire dimanche soir, si le Britannique venait à s’imposer à Austin, et que son dauphin au classement des pilotes Sebastian Vettel terminait au mieux troisième. Un scénario qui semblait difficilement réalisable au début du week-end, mais devenu tout à fait plausible après la pénalité reçue par l’Allemand lors des essais libres. Le pilote de la Scuderia a été rétrogradé de trois places sur la grille pour vitesse excessive sous régime du drapeau rouge. Deuxième en qualifications, il s’élancera donc en cinquième position.

Une aubaine pour Hamilton, qui n’en demandait pas tant, d’autant que son principal rival au championnat du monde lui a déjà fait plus d’un cadeau cette saison. Entre un abandon en Allemagne, un tête-à-queue à Monza et un mauvais choix de pneumatique au Japon, Sebastian Vettel n’aura pas été un exemple en matière de discipline cette saison. De son côté, le pilote Mercedes a fait le job en s’adjugeant la pole pour la troisième année consécutive à Austin, la 81e de sa carrière. Son tour en 1’32'237 aura largement suffi à éloigner les Ferrari, respectivement 2 et 5e sur la grille.

Bottas de nouveau sacrifié ?

Le Britannique pourra également compter sur le soutien de son coéquipier dévoué Valtterri Bottas, qualifié 3e derrière Kimi Raikkonen (Ferrari). Le Finlandais, sacrifié en Russie « pour le bien de l’équipe et du championnat du monde », selon le manager de Mercedes Toto Wolff, pourrait l’être de nouveau au Texas si le scénario de la course l’exigeait. « Nous en avons discuté et j’ai été mal à l’aise avec cette décision. Si cela se présente dimanche, je déciderai probablement la même chose pour les points que ça apporte, même si je hais ça », a ajouté le manager autrichien. Passé à côté de la victoire à Sotchi à la faveur de Lewis Hamilton, Bottas aura pour principale mission d’empêcher le retour de Sebastian Vettel derrière son coéquipier.

En effet, en cas de victoire dimanche, le quadruple champion du monde sera sacré uniquement si une voiture au moins s’intercale entre lui et l’Allemand, deux s’il termine second, trois s’il termine 3e, 4e ou 5e, et ainsi de suite. Ferrari devra donc adopter une stratégie offensive si elle souhaite retarder le sacre de l’Anglais. Qualifié en super tendre, Raikkonen sera sans doute le meilleur atout de l’écurie italienne pour tenter de stopper la très bonne dynamique de Mercedes : Lewis Hamilton reste sur 4 victoires consécutives depuis son succès à Monza en septembre. Et quoi de mieux que le circuit américain pour espérer un Grand Prix haletant ? Austin a la particularité d’offrir aux monoplaces un large éventail de possibilités dans les dépassements, ce qui devrait ravir Ferrari. Pour preuve, depuis 2015, on totalise 127 dépassements en trois courses. L’édition 2012 du Grand Prix des Etats-Unis avait même offert un record de 67 dépassements concluants.

Les yeux seront donc rivés sur l’avant de la course dimanche soir, et les autres enjeux apparaissent secondaires comparés au 5e sacre possible de Lewis Hamilton. Max Verstappen (Red Bull), qualifié 15e, tentera de remonter un maximum de places. Côté Français, Esteban Ocon (Force India) s’élancera de la sixième position, Romain Grosjean (Hass) partira huitième et Pierre Gasly (Toro Rosso) treizième.