Lewis Hamilton
Lewis Hamilton | JOSE BRETON / NURPHOTO

Grand Prix de Grande-Bretagne : Ils sont attendus au tournant

Publié le , modifié le

Le Grand Prix de Grande-Bretagne, 10e manche du Championnat du monde de Formule 1 commence ce vendredi et termine dimanche sur le circuit de Silverstone (Angleterre). Voici ce qu'il faudra surveiller !

Les pilotes les moins en verve

Alors qu'on approche du milieu de la saison, qui compte 21 courses d'ici au 1er décembre, les pilotes les moins en verve doivent se reprendre au plus vite pour ne pas laisser passer leur chance au championnat, et pour certains risquer de perdre leur baquet l'an prochain. Si Lewis Hamilton (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull) impressionnent, leurs équipiers peuvent mieux faire. Valtteri Bottas marque le pas après un début de saison canon et Pierre Gasly n'est pas encore au niveau. Chez Ferrari, Charles Leclerc tourne autour d'une première victoire en F1, mais Sebastian Vettel fait moins bonne impression. Outre une certaine malchance en course, Romain Grosjean (Haas) est largement surclassé par son équipier Kevin Magnussen en qualifications, comme d'ailleurs chez Racing Point, avec Lance Stroll qui ne s'est jamais mieux qualifié que Sergio Pérez. 

La hiérarchie des constructeurs

Il en va de même chez les constructeurs, où une hiérarchie commence à se dessiner, aux cinq premières places du moins. En tête du classement avec une avantage de 135 points, Mercedes est favorite pour un sixième titre mondial consécutif. Ferrari doit enfin faire progresser significativement l'aérodynamique de sa monoplace pour garder une petite chance de contrarier le destin. Victorieuse pour la première fois avec son nouveau motoriste Honda en Autriche, théâtre du précédent GP, Red Bull démontre que le partenariat prend bien. Renault, qui vise la 4e place mais n'est que 5e, doit améliorer son châssis afin de rivaliser avec McLaren (qui dispose du même moteur), 4e avec 20 points de mieux. Derrière, tout reste à faire entre Alfa Romeo Racing (22 points), Racing Point (19), Toro Rosso (17) et Haas (16), que six longueurs seulement séparent de la 6e et la 9e place. La course aux développements sera particulièrement cruciale pour Racing Point et Haas qui marquent le pas comparé au début de saison. L'écurie américaine, notamment, cherche à comprendre pourquoi son rythme en qualifications ne se traduit pas en course. 

Le marché des transferts

La manche britannique ouvre traditionnellement la saison des transferts ou "silly season". Alors que Carlos Sainz Jr et Lando Norris viennent d'être prolongés chez McLaren en 2020, on s'interroge sur un éventuel départ de Max Verstappen de Red Bull pour Mercedes, aux côtés de Lewis Hamilton, sachant que le Néerlandais bénéficie d'une clause libératoire dont on ignore les modalités. On évoque aussi des envies de retour dans le giron de l'écurie autrichienne pour Sebastian Vettel et en F1 pour Fernando Alonso. Esteban Ocon est aussi à la recherche d'un baquet, avec Mercedes, Renault ou Haas pour pistes principales. Au sein de l'écurie américaine, Romain Grosjean vit en effet une première partie de saison de nouveau compliquée. C'est aussi le cas de Pierre Gasly, qui se cherche encore chez Red Bull. Les pilotes Toro Rosso Daniil Kvyat et Alexander Albon seraient les candidats naturels pour sa place, mais Nico Hülkenberg a également été lié par le qu'en-dira-t-on à l'équipe de Christian Horner et Helmut Marko. L'Allemand a nié, comme Daniel Ricciardo, pressenti chez Ferrari malgré son engagement auprès de Renault. Alors qu'on en attendait peu, 2018 a engagé un important jeu de chaises musicales. 2019 promet à la fois tout... et rien !
 

AFP