Vettel, vainqueur du Grand Prix de Corée
Vettel, vainqueur du Grand Prix de Corée | PRAKASH SINGH - AFP

Grand Prix de Corée: Vettel s'impose

Publié le , modifié le

Sebastian Vettel a remporté le Grand Prix Corée devant Kimi Raïkkönen et Romain Grosjean. C’est la huitième victoire de la saison pour l’Allemand, la quatrième consécutive. Malgré deux voitures de sécurité en milieu de Grand Prix, le pilote Red Bull n’a jamais douté et se rapproche toujours un peu plus de son quatrième sacre mondial.

De typhon, attendu tout le weekend il n’y a pas eu. En échange, le Grand Prix de Corée a offert une tornade. Une tornade allemande qui porte toujours le même nom : Sebastian Vettel. Parti en pôle-position, l’Allemand n’a pas été inquiété au départ par Lewis Hamilton, trop occupé à défendre sa place face à Romain Grosjean. Après un bon envol, le pilote Lotus a profité de l’interminable ligne droite pour déposséder le Champion du monde 2008 de sa deuxième position. Dans le peloton, Alonso ne réussit pas les miracles qu’on lui connaît et perd une place. Une course difficile s’annonce pour lui.

Pérez relance la course​

Rapidement, le trio de tête creuse l’écart sans qu’aucun ne puisse empiéter sur les plates bandes de l’autre. Du moins jusqu’à la première salve d’arrêt. Lewis Hamilton, aux stands un tour plus tôt que ses deux adversaires, croit pouvoir réaliser un joli coup tactique quand Grosjean ressort juste devant lui. La Lotus est trop véloce et Grosjean, malgré des pneus froids, se défend à merveille pour conserver la place de dauphin de Vettel. Là où il y an un, il avait baissé pavillon devant le même Hamilton, peureux à l'idée de commettre une nouvelle erreur.

Pour trouver un peu d’action, il faut regarder vers la bataille pour la cinquième place. Dans l’ordre, Hulkenberg, Alonso, Raïkkönen et Webber lorgnent sur le top cinq mais l’Allemand, à la recherche d’une meilleure voiture pour la saison prochaine est impossible à doubler pour ces trois pilotes d’expérience. Comme à leur habitude, les pneus jouent un grand rôle. Tour à tour les pilotes souffrent de « graining » (de la gomme sale se colle au pneu et réduit ses performances). Seul Hamilton connaît une situation plus compliquée. En délicatesse avec ses gommes il perd 20 secondes sur Grosjean en cinq tours (du 24e au 29e) et voit Rosberg revenir comme une balle sur lui. Malheureusement, l’Allemand subit une casse de son aileron avant et rentre aux stands dans un feu d’artifice d’étincelles. Image encore plus spectaculaire, le pneu avant droit de Pérez explose dans la ligne droite et casse son aileron. Les vieux démons des délaminations de Silverstone refont surface et Webber qui arrivait derrière le Mexicain évite l’accident mais la voiture de sécurité n’a d’autre choix que de sortir en piste au 31e tour.

Une organisation débordée

Au « restart », les positions bougent à l’avant. Raïkkönen revenu de nulle part, efface Grosjean pour le gain de la deuxième place alors qu’Hulkenberg profite de sa vitesse de pointe pour doubler Hamilton. Un peu plus loin, Sutil rate son virage et percute Webber. L’organisation montre alors toute son inexpérience.

Les commissaires de pistes mettent de longues minutes à venir éteindre l’incendie sur la voiture de Webber et, image insensée, une voiture de l’organisation se retrouve juste devant les leaders. Le pire est évité quand Vettel, lucide, met tout le monde au pas. La seconde voiture de sécurité est inévitable. Cette fois-ci, la situation est plus calme. Alonso tente bien de passer Hamilton mais l’Anglais, malin, profite du freinage suivant pour récupérer son bien. La fin de course est un festival de défense de la part de Nico Hulkenberg. Le pilote Sauber résiste à Lewis Hamilton. Même quand le Britannique passe au 48e tour, celui qui lorgne sur un baquet chez Lotus la saison prochaine, récupère sa position dans la ligne droite suivante. Sans trembler. Publicité incroyable pour lui en vue de la saison prochaine.

77 points d'avance pour Vettel !

A l'avant, Vettel fait cavalier seul. La lutte entre les deux Lotus derrière lui ne le regarde pas. L'Allemand enchaîne les meilleurs temps au tour malgré les demandes de son ingénieur de lever le pied. Grosjean, revenu dans les échappements de son coéquipier, tente une dernière manoeuvre mais les positions ne bougent pas. Raïkkönen, loin en qualifications, réussit le Grand Prix parfait et termine deuxième. Derrière les deux Lotus, Hulkenberg crée la sensation en prenant la 4e place devant Hamilton, Alonso et Rosberg.

Avec la contre-performance de Fernando Alonso, Sebastian Vettel compte désormais 77 points d'avance au Championnat du monde des pilotes ! A cinq courses de la fin, il faudrait une malchance incroyable au pilote allemand  pour rater le titre et entrer encore un peu plus dans l'histoire de la Forume 1.

Classement des pilotes

1. Sebastian Vettel (GER) 272 pts
2. Fernando Alonso (ESP) 195
3. Kimi Räikkönen (FIN) 167
4. Lewis Hamilton (GBR) 161
5. Mark Webber (AUS) 130
6. Nico Rosberg (GER) 122
7. Felipe Massa (BRA) 89
8. Romain Grosjean (FRA) 72
9. Jenson Button (GBR) 58
10. Paul di Resta (GBR) 36

Classement des constructeurs

1. Red Bull Racing 402 pts
2. Scuderia Ferrari 284
3. Mercedes-AMG 283
4. Lotus 239
5. McLaren 81
6. Force India 62
7. Sauber 31
8. Scuderia Toro Rosso 31
9. Williams 1