Grand Prix d'Autriche : Valtteri Bottas en pole devant Lewis Hamilton, Mercedes survole, Ferrari s'écroule

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Valtteri Bottas (Mercedes) durant la séance de qualification du Grand Prix d'Autriche de Formule 1
Valtteri Bottas (Mercedes) durant la séance de qualification du Grand Prix d'Autriche de Formule 1 | JOE KLAMAR / AFP / POOL

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Valtteri Bottas (Mercedes) a signé samedi la pole position du premier Grand Prix de la saison en Autriche. Avec la 2e place de son coéquipier Lewis Hamilton, l'écurie championne du monde en titre a confirmé sa mainmise sur le paddock en ce début de saison avec le record historique de la piste et des écarts conséquents. Max Verstappen (Red Bull) s'élancera en 3e place, les Ferrari, elles sont très loin avec la 7e place de Charles Leclerc. Les Français partiront au cœur du peloton.

Les Mercedes étaient attendu aux avant-postes, elles sont déjà sur leur propre planète. Les Flèches d'argent, noires cette saison, monopolisent la première ligne avec la pole position de Valtteri Bottas devant son champion du monde de coéquipier Lewis Hamilton. L'écurie allemande a déjà mis une claque à la concurrence, repoussée à plus d'une demi-seconde. Avec sa troisième pole sur le Red Bull Ring, le Finlandais a toutefois surpris Hamilton, et s'impose comme le premier concurrent du Britannique pour le titre. Derrière, Max Verstappen a limité la casse sur le tracé de son écurie en signant la troisième place. Les Ferrari sont passées à côté de leur sujet avec une septième place très moyenne pour Charles Leclerc, et l'élimination en Q2 de Sebastian Vettel.

Déjà en tête de toutes les séances d'essais depuis le début du week-end, la question restait de savoir si Mercedes allait laisser des miettes à la concurrence. La réponse est sans équivoque : il y a deux classes d'écart entre le firme d'Outre-Rhin et le reste du plateau. Valtteri Bottas n'a eu qu'une frayeur, une sortie large dans les graviers en fin de séance de qualifications à vouloir trop attaquer et enfoncer le clou. L'essentiel avait déjà été fait par le N°77 avec un chrono canon, le premier de l'histoire du circuit autrichien sous les 1'03"00 dès sa première tentative en Q3. Lewis Hamilton a bien tenté de griller la politesse à son voisin de box mais a échoué d'un souffle. Le départ s'annonce passionnant dimanche entre les deux hommes, là où Mercedes a connu par le passé quelques frictions entre ses pilotes, quand Hamilton et Nico Rosberg se disputaient la suprématie.

Vettel éjecté dès la Q2 !

Le héros "local" Max Verstappen reste toutefois à l’affût, juste derrière les Mercedes. Avec des pneus medium, le Néerlandais sera le seul du Top 10 à ne pas chausser des gommes tendres plus rapides à l'extinction des feux. De quoi offrir la possibilité d'une course tactique de la part de Red Bull. Pour Ferrari, le début de saison annoncé comme pénible se confirme, c'est un euphémisme. L'écurie italienne s'est complètement manquée, Sebastian Vettel ne parvenant même pas à se qualifier en Q3 ! L'Allemand s'est manqué à deux reprises au volant d'une monoplace mal née et qui est encore loin du compte. Le Monégasque Charles Leclerc, meilleur chrono absolu du circuit la saison passée, n'a pu faire mieux que 10e et dernier qualifié en Q2 avant de se hisser péniblement à la 7e place en Q3. Pour la Scuderia, ce premier Grand Prix de la saison pourrait tourner au cauchemar.

Le suspense pourrait être un peu plus intense derrière le Top 3 puisque Ferrari devra lutter face aux McLaren et aux Racing Point dans la quête de points. Lando Norris (McLaren) a signé le meilleur résultat de sa carrière en qualifications avec le 4e temps, devant l'autre Red Bull d'Alexander Albon, le signe d'une nouvelle génération prête à se battre parmi les cadors. Norris s'est permis de coller plus de trois dixièmes à son coéquipier Carlos Sainz Jr (8e), futur pilote Ferrari la saison prochaine. Copie conforme de la Mercedes de la saison 2019, les Racing Point ont confirmé leurs progrès vus depuis le début de l'année avec la 6e place de Sergio Perez et la 9e place de Lance Stroll. Cinq pilotes se tiennent en moins de deux dixièmes de seconde entre les 5e et les 9e rangs.

Les Français signent pour leur part un tir groupé en milieu de peloton avec Pierre Gasly 12e, Esteban Ocon 14e et Romain Grosjean 15e. Pour Ocon, cette première séance de qualification après 590 jours loin d'un baquet de F1 est synonyme de frustration, à l'image de son écurie Renault (Daniel Ricciardo 10e), qui peine à revenir au premier plan. Mais le Covid ne devrait pas changer une des règles d'or de la F1 : la vérité du samedi n'est pas forcément celle de la course du dimanche.