Grand Prix d'Autriche : A domicile, les Red Bull sont attendues au tournant

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Pierre Gasly
Pierre Gasly au volant de sa Red Bull lors du Grand Prix de France 2019. | DPPI / DPPI Media

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Dimanche 29 juin se disputera la 9emanche du Championnat du monde de Formule 1 sur le Red Bull Ring de Spielberg (Autriche). Alors que les essais débutent vendredi, Red Bull espère briller à domicile tandis que Haas devra redresser la barre. Tour d’horizon.

Bottas sur un circuit fort

En perte de vitesse face à son équipier chez Mercedes Lewis Hamilton après un début de saison canon, Valtteri Bottas retrouve un terrain qui lui réussit. Le Finlandais a été en pole des deux dernières éditions et s'est imposé en 2017. C'est aussi sur ce tracé qu'il a signé le premier de ses 37 podiums, 3e en 2014 avec Williams après avoir pour la première fois pris le départ en première ligne. En France, il a terminé deuxième la semaine dernière.

Red Bull à domicile

Comme le nom du circuit l'indique, Red Bull est chez elle ce week-end. Si la double défaillance des Mercedes lui a offert la victoire par l'intermédiaire de Max Verstappen l'an dernier, un bis repetita semble peu probable, les Flèches d'argent restant sur huit succès en autant de courses en 2019. Le Néerlandais, dont le public se déplace en masse tous les ans à cette date, devrait plutôt lutter pour monter sur le podium face aux Ferrari, qui auront pour elles l'avantage de leur vitesse dans les lignes droites. Son équipier français Pierre Gasly, 10e à domicile dimanche dernier à l'issue d'un nouveau week-end sans relief, doit lui toujours se rapprocher significativement et durablement de ses performances pour assurer son baquet.

Le duel McLaren-Renault

Au tiers de la saison, la bagarre pour la place de 4e ou "meilleur du reste" derrière les "top teams" (Mercedes, Ferrari et Red Bull) semble devoir se jouer entre Renault et McLaren, que motorise le constructeur français. Pour l'heure, avantage à l'écurie britannique avec 40 points contre 32 pour sa rivale, qui retrouve des couleurs depuis deux courses après un début de saison décevant. On attend de nouveau une belle lutte ce week-end, après celle qui a tourné à l'avantage de McLaren au GP de France. On attend aussi de voir quelle attitude adoptera l'Australien de Renault Daniel Ricciardo après la double pénalité dont il a écopé pour des dépassements controversés en fin de course.

à voir aussi Grand Prix de France : Seul au monde, Lewis Hamilton l'emporte, nouveau doublé Mercedes Grand Prix de France : Seul au monde, Lewis Hamilton l'emporte, nouveau doublé Mercedes

Haas en perte de vitesse

Surprenante l'an dernier avec une 5e place au classement des constructeurs, Haas semblait en début de saison être capable de rééditer l'exploit. Mais la petite écurie américaine marque le pas, n'ayant semble-t-il pas pris la bonne orientation dans la course aux développements. Ajoutez à cela la malchance qui colle aux basques de son pilote français Romain Grosjean et vous aurez une 9e place chez les constructeurs avec 16 points, à trois longueurs seulement, toutefois, de la 6e position. Il est donc encore temps d'inverser la tendance, d'autant que la concurrence directe n'est pas forcément beaucoup plus en verve. A égalité de points (19) aux 6e et 7e places, Racing Point aussi ralentit et Alfa Romeo demeure très inconstante. Toro Rosso est 8e avec 17 unités. Quant à Williams, bonne dernière sans un seul point inscrit, elle a peu d'espoir d'y parvenir de sitôt.

Les températures très élevées

"La météo prévoit des températures de 30 degrés et plus. Combiné à la réduction de la densité de l'air en altitude (le Red Bull Ring est perché à 700 m au-dessus du niveau de la mer, ndlr), cela signifie que le refroidissement pourrait devenir un véritable défi à Spielberg", pointe Toto Wolff, le patron de Mercedes. Même son de cloche du côté de Mattia Binotto, son homologue chez Ferrari: "ce sera un week-end exigeant sur le front du refroidissement, tant pour le moteur que pour les freins, ce qui signifie que la gestion des pneus sera également très compliquée." Pour les pilotes aussi, la chaleur est une donnée à laquelle il faut se préparer, à l'image de l'Espagnol Carlos Sainz Jr qui fait son jogging couvert de nombreuses épaisseurs... jusqu'au bonnet de laine !

AFP