GP du Brésil - Essais libres 1 et 2: Hamilton et Mercedes ne lâchent rien

GP du Brésil - Essais libres 1 et 2: Hamilton et Mercedes ne lâchent rien

Publié le , modifié le

Ils sont déjà titrés chez les pilotes et les constructeurs, et alors ? Lewis Hamilton et son écurie Mercedes n'entendent pas lever le pied lors des deux dernières courses de 2017 et l'ont rappelé à l'occasion des essais libres du Grand Prix de F1 du Brésil vendredi.

Le Britannique a dominé les deux premières séances, avec en prime le record du circuit (1 min 09 sec 202/1000), juste devant son coéquipier finlandais Valtteri Bottas, en chasse pour la deuxième place au Championnat. Depuis son sacre au Mexique il y a bientôt deux semaines, Hamilton n'a "pas changé d'état d'esprit", a-t-il assuré face à la presse vendredi, contrairement à ce qu'il avait pu connaître fin 2015, avant de céder son titre mondial à son coéquipier Nico Rosberg l'année suivante. "Il ne serait pas normal de ralentir maintenant. C'est au contraire le meilleur moment pour mettre encore plus de pression. Il y a encore deux victoires à décrocher", a-t-il exhorté, visiblement pas perturbé non plus par la mention de son nom dans les +Paradise Papers+ en début de semaine.

Le patron de Mercedes, Toto Wolff, avait d'ailleurs prévenu: si les deux derniers GP de 2017 (au Brésil puis à Abou Dhabi) sont l'occasion de tester de nouveaux équipements sur les monoplaces et dans les garages, "nous les voyons (aussi) comme les deux premiers de 2018. Nous sommes déterminés à les gagner afin d'attaquer l'hiver sur une bonne lancée." S'il le fallait, Hamilton pourrait toutefois mettre ses ambitions entre parenthèses dans l'intérêt de son équipe, pour aider Bottas à chiper sur le fil la deuxième place au classement des pilotes à Sebastian Vettel.

Déjà-vu pour Red Bull et Toro Rosso 

Le Finlandais pointe en effet à quinze unités de l'Allemand, avec cinquante points au maximum encore à empocher, et peut donc toujours offrir à Mercedes un quatrième doublé consécutif chez les pilotes. "Valtteri veut y arriver seul, a expliqué le tout frais quadruple champion du monde. Mais si l'équipe me le demande, bien sûr (que je l'aiderai)!" Avec les sixième et quatrième chronos seulement, le pilote Ferrari, qui digère la perte d'un titre mondial sur lequel il avait la main pendant la première moitié de saison, a pour sa part été plutôt discret vendredi, hormis une sortie de piste sans conséquence lors de la première séance.

Du côté de Red Bull et de sa petite soeur Toro Rosso, les week-ends se suivent et se ressemblent. Comme à Mexico, l'Australien Daniel Ricciardo, le Néo-Zélandais Brendon Hartley et le Français Pierre Gasly prendront le départ avec des pénalités (respectivement dix, dix et vingt-cinq places). Et le compte n'est peut-être pas encore bon, les blocs propulseurs Renault de Gasly et Hartley ayant connu des défaillances lors des essais 1... Des gouttes de pluie éparses en fin de deuxième séance sont venues rappeler que la pluie aime jouer les trouble-fête sur le circuit d'Interlagos, à Sao Paulo, comme lors de l'édition 2016, neutralisée à quatre reprises pour 34 tours en tout. Les prévisions météo font état d'un risque de pluie samedi, avec les essais libres 3 programmés à 11h00 locales (14h00 françaises/13h00 GMT) et les qualifications à 14h00 (17h00/16h00).

AFP