Lewis Hamilton (Mercedes)
Lewis Hamilton (Mercedes) | PAU BARRENA / AFP

GP d'Espagne : Le patron, c'est toujours Hamilton !

Publié le , modifié le

Lewis Hamilton n'a pas tardé à répondre aux velléités de son coéquipier Valtteri Bottas. Le Britannique a remporté le GP d'Espagne sur le circuit de Barcelone sans aucune contestation, record du tour à la clé. Grâce à sa 76e victoire en carrière, Il reprend la tête du championnat devant le Finlandais qui assure un 5e doublé en cinq courses pour le constructeur allemand. Max Verstappen (Red Bull) complète le podium devant les deux Ferrari de Vettel et Leclerc.

Pour Lewis Hamilton, il n’était pas question de revivre avec Valtteri Bottas un remake de son duel perdu avec Nico Rosberg. Barcelone 2016 était dans toutes les mémoires avec ce fameux accrochage entre les deux pilotes Mercedes offrant une victoire inespérée au petit nouveau Max Verstappen. La menace Bottas s’est évaporée à l’extinction des feux. En une fraction de seconde, un meilleur envol, le Britannique a fait la différence. « Ça a été long jusqu’au premier virage », glissait presque avec malice le quintuple champion du monde alors que Bottas s'est plaint d'un problème d'embrayage. Ce départ était toutefois un soulagement pour le patron de l’écurie Toto Wolf qui reste hostile aux consignes de course entre ses pilotes.

Carton plein pour Hamilton

Le Finlandais avait beau rester sur trois poles consécutives et claquer quelques jolis tours, il n’arrivait pas à tenir le rythme de son coéquipier. Sa seule alerte viendra d’une neutralisation à 20 tours de la fin, l’obligeant à refaire l’écart avec le reste de la meute. Au restart avec des pneus neufs, Hamilton a donné le petit coup de cravache nécessaire pour se mettre à l’abri d’un dépassement. Avec le record du tour en prime, Hamilton réussissait le carton plein en Catalogne. Hiérarchie rétablie et ...camouflet pour Ferrari.

Rouge sur rouge rien ne bouge

Car le podium n’est pas teinté de rouge. Sebastian Vettel et Charles Leclerc ont regardé d’en bas Max Verstappen faire la fête avec les deux flèches d’argent. 3e, le Néerlandais a profité du départ pour se placer devant les Ferrari alors que Vettel s’était mis hors-jeu en tentant un dépassement sur Bottas. A part s’échanger les « politesses » en piste entre Vettel et Leclerc, c’est un Grand Prix à oublier puisqu’aucune des deux monoplaces italiennes n’a pu inquiéter la Red Bull. Dans le clan tricolore, Pierre Gasly confirme son redressement et se classe 6e. Romain Grosjean a lui dû lutter pour conserver sa 10e place devant la Toro Rosso d’Alexander Albon. Chez Renault, Daniel Ricciardo (12e) et Nico Hulkenberg (13e) n’ont pas mis une roue dans les points.

à voir aussi F1 - Grand Prix d'Espagne : Un doublé "historique" souligne Hamilton F1 - Grand Prix d'Espagne : Un doublé "historique" souligne Hamilton