Sebastian Vettel
Le pilote allemand Sebastian Vettel (Ferrari). | Ayman Yaqoob / Anadolu Agency

GP de Malaisie - Vettel à Sepang pour stopper l'hémorragie

Publié le , modifié le

Deux semaines après le sandwich avec Verstappen (Red-Bull) et son coéquipier Raikkonen sur le circuit de Singapour, Sebastian Vettel (Ferrari) aborde le Grand Prix de Malaisie sous une énorme pression. Car l'Allemand a perdu les commandes du championnat et compte désormais 28 points de retard sur un Lewis Hamilton auteur de trois victoires de rang. Mais sur le circuit de Sepang, le quadruple champion du monde s'est imposé à quatre reprises lors des 7 dernières éditions.

"Je ne pense jamais à la course précédente lorsque je suis sur la grille de départ, donc je serai simplement concentré dimanche." Sebastian Vettel ne veut pas penser au passé. L'accident à Singapour et son abandon ont pourtant laissé beaucoup de traces. Un zéro pointé, un deuxième grand prix de suite sans podium, et Lewis Hamilton qui a fait la passe de trois (Spa, Monza, Singapour) pour compter désormais 28 points d'avance sur l'Allemand. De tout cela, le quadruple champion du monde ne veut pas penser. Et encore moins se souvenir du temps où il menait le championnat du monde. 

Il ne veut pas non plus voir la statistique qui estime ses chances de victoire finale dans le championnat à 23%. Malgré les 150 points qui restent à glâner d'ici la clôture de la saison. Car ce week-end, c'est le Grand Prix de Malaisie. A Sepang, le pilote Ferrari a pris quelques habitudes. Depuis 2010, date de son premier succès ici au volant de la Red-Bull, il n'a laissé la victoire qu'à trois reprises: Alonso (Ferrari) en 2012, Hamilton (Mercedes) en 2014 et Ricciardo (Red-Bull) en 2016. Quatre victoires lors des 7 dernières éditions, cela pose un candidat. En plus, le circuit situé près de Kuala Lumpur est très technique, avec des virages qui mettent les pneus sous pression, en raison des charges d'accélération latérale, d'un revêtement de piste très abrasif et de la chaleur intense, ce qui peut profiter à Ferrari. Sans oublier que les risques de pluie peuvent ajouter de la confusion durant la course, dimanche. 

C'est pour cela que, comme à son habitude, chez Mercedes, on se méfie: "Le résultat de Singapour a été une surprise pour nous et le danger est de mal juger ce qu'a été notre véritable niveau de performance", prévient le patron Toto Wolff. Mais ce dernier sait qu'un doublé de ses pilotes (Hamilton et Bottas) placeraient pratiquement à coup sûr la couronne sur la tête du Britannique. Reste que le leader du championnat n'a triomphé sur ce circuit qu'une seule fois. Pour l'homme aux 60 victoires (dont 7 cette saison), c'est presqu'une anomalie.