GP de Hongrie: Hamilton devant les Red Bull

GP de Hongrie: Hamilton devant les Red Bull

Publié le , modifié le

Lewis Hamilton (Mercedes) a réussi le meilleur temps de la 2e séance d'essais libres du Grand Prix de Hongrie de Formule 1, vendredi sur le Hungaroring, devant les Red Bull de Daniil Kvyat et Daniel Ricciardo. Tout le week-end, les pilotes portent sur leur monoplace ou leur casque un logo JB17 en l'honneur de Jules Bianchi, décédé vendredi dernier à Nice des suites de son accident début octobre au GP du Japon, ou un autocollant "Ciao Jules", voire les deux.

Avec un chrono de 1 min 23 sec 949/1000, le double champion du monde anglais, et leader du championnat, a bien amélioré l'après-midi, en pneus tendres, son meilleur chrono du matin, réalisé en pneus à gomme medium, plus résistante et un peu moins performante.
Hamilton a bouclé 36 tours en pleine chaleur (49°C sur la piste, 31°C dans l'air) et devancé de trois dixièmes de seconde le jeune Russe, en progrès constants cette saison. Le retour en grâce des moteurs Renault a été complété par le 3e chrono de l'Australien, vainqueur l'an dernier sur cette piste de Budapest du 2e GP de sa carrière en F1.

Ricciardo aurait pu faire encore un peu mieux en fin de séance, peut-être,  mais son moteur est parti en fumée et il a garé sa monoplace sur le bas-côté, provoquant la sortie des drapeaux rouges et une brève interruption de séance. Comme c'était un "moteur du vendredi", non-prévu pour les qualifications et la course, le souriant Australien ne sera pas pénalisé sur la grille de départ dimanche. Les deux Red Bull ont devancé l'autre Mercedes de Nico Rosberg et la Ferrari de Kimi Räikkönen, déjà très en vue le matin.

Cette 2e séance a été totalement sacrifiée par l'écurie Force India, suite au problème de suspension arrière droite intervenu le matin sur la monoplace de Sergio Pérez, parti en tonneau. Le temps pour les hommes de Vijay Mallya de déterminer la cause de cette casse mécanique sans prendre le moindre risque pour ses pilotes, qui n'ont pas roulé du tout.
    

Christian Grégoire