La joie de Lewis Hamilton, qui signe la 67e pole position de sa carrière
La joie de Lewis Hamilton, qui signe la 67e pole position de sa carrière | Ben STANSALL / AFP

GP de Grande-Bretagne : 67e pole position pour Lewis Hamilton

Publié le , modifié le

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) a décroché samedi la 67e pole position de sa carrière en F1 au Grand Prix de Grande-Bretagne. Il a devancé les Ferrari du Finlandais Kimi Räikkönen (+0"547) et de l'Allemand Sebastian Vettel, leader du Championnat du monde (+0"756). Pénalisés, Daniel Riccardio (Red Bull) et Fernando Alonso (McLaren) s'élanceront de la dernière ligne.

Dans son jardin de Silverstone, Lewis Hamilton (Mercedes) était intouchable. Seul pilote à passer sous la barre des 1'27"00, le Britannique a signé un chrono canon en 1'26"600. L'occasion pour Hamilton de signer la 67e pole position de sa carrière, se portant à une unité du record de Michael Schumacher. Le pilote Mercedes devance les deux Ferrari du Finlandais Kimi Räikkönen (+0"547) et de l'Allemand Sebastian Vettel (+0"756). Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) complètera la deuxième ligne, profitant de la pénalité de cinq places dont a écopé le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes), quatrième temps des qualifications. Sanctionné pour avoir changé de boîte de vitesses avant le cap de six courses consécutives fixé par le règlement, ce dernier partira donc de la neuvième place sur la grille.

Riccardio et Alonso en dernière ligne

L'Allemand Nico Hülkenberg a signé son meilleur résultat de la saison en qualifications avec le sixième temps (à 2 sec 256/1000), synonyme de cinquième place sur la grille. Neuvième à (+2"818), le novice belge Stoffel Vandoorne (McLaren-Honda) a également réussi son meilleur résultat en qualifications.

La dernière ligne sera partagée par l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull), stoppé par une panne dès la Q1, et l'Espagnol Fernando Alonso (McLaren-Honda), qui a écopé d'une pénalité de trente places sur la grille pour le nouveau changement de nombreux éléments de son moteur au-delà de la limite autorisée de quatre par monoplace et par saison.

AFP