Australie Vettel 2011
L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) | AFP - PAUL CROCK

GP d'Australie: Vettel (Red Bull) signe la pole

Publié le , modifié le

Spécialiste de l'exercice, le champion du monde en titre occupera dimanche la pôle position du Grand Prix d'Australie de Formule 1, 1re épreuve de la saison 2011, après avoir réussi le meilleur temps des qualifications, samedi sur le circuit de l'Albert Park à Melbourne. Vettel a assommé la concurrence, à commencer par son coéquipier australien Mark Webber, finalement 3e après avoir été dépassé à la dernière seconde par le Britannique Lewis Hamilton (McLaren).

Vettel au-dessus du lot

Vettel: "Un bon signe pour toute l'équipe"

Sous le ciel gris d'Albert Park, le pilote allemand de Red Bull, 23 ans, a signé le meilleur temps dans chacune des trois sessions de qualification et signé son meilleur tour en une minute 23 secondes et 123 centièmes, soit une demi-seconde de mieux que son meilleur temps de l'an passé. Sous le ciel gris d'Albert Park, le pilote allemand de Red Bull, 23 ans, a signé le meilleur temps dans chacune des trois sessions de qualification et signé son meilleur tour en une minute 23 secondes et 123 centièmes, soit une demi-seconde de mieux que son meilleur temps de l'an passé. "Bien que l'écart puisse paraître énorme, la saison est longue et beaucoup de choses peuvent arriver", a dit Vettel qui n'avait pas terminé la course l'an passé."C'est une bonne position, je suis content de ça mais nous devons garder les pieds sur terre".

Sur McLaren, le Britannique Lewis Hamilton, sacré en 2008, s'élancera à ses côtés en première ligne après un dernier tour en 1'24"307. McLaren a lutté contre le manque de fiabilité de sa monoplace durant l'hiver et Hamilton a récolté les fruits du "fantastique travail" de son équipe pour la rendre davantage compétitive. "Je suis absolument ravi d'être là aujourd'hui. Il y a eu beaucoup de travail de fait", a-t-il dit. La McLaren s'est métamorphosée à la  faveur d'un changement de sa partie arrière. "Je n'ai jamais dit que c'était une mauvaise voiture. C'est juste que nous  manquions d'appuis. Or, les appuis permettent de freiner plus tard, d'attaquer  davantage les virages, d'améliorer peut-être de 10 km/h la vitesse à chaque  courbe. Et de repartir ensuite plus vite en ligne droite", a-t-il expliqué.

Weber déçu

Derrière cette première ligne de rêve avec deux champions du monde, Webber, qui rêve de devenir le premier Australien à s'imposer à domicile, était visiblement déçu de terminer derrière son coéquipier. "Je ne suis évidemment pas très satisfait d'être troisième sur la grille. Je n'étais pas vraiment dans la lutte pour la pôle", a-t-il reconnu.  L'Australien s'est dit  "mystifié" par l'écart en sa défaveur. "Il faut que je regarde où je peux  m'améliorer. Les gars (ses ingénieurs, ses mécaniciens, ndlr) ont fait un super  boulot, moi un peu moins", a-t-il observé.

Il s'élancera donc aux côtés d'un autre britannique champion du monde Jenson Button, sur la seconde McLaren, une  performance surprenante pour l'écurie de Woking, qui s'était montrée à la peine  tout l'hiver. La Ferrari de Fernando Alonso qui vise cette saison une troisième couronne mondiale est mitigé. "Notre rang sur la grille nous satisfait, notre retard sur la pôle moins, nous ne sommes pas si contents. Nous allons analyser cela ce soir", a dit Alonso. "Nous n'étions pas très compétitifs. Donc nous avons choisi une approche  assez conservatrice pour les qualifications. Nous savions qu'en prenant des  risques, nous pouvions finir 4e, alors qu'en assurant, nous serions 5e ou 6e." L'Espagnol, qui n'a  réussi que le 5e meilleur temps, partira de la 3e ligne dimanche, qu'il  partagera avec le Russe Vitaly Petrov, très bon 6e dans sa Lotus Renault.

Heidfeld et Schumacher hors-sujet      

L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) et le Brésilien Felipe Massa, sur  l'autre Ferrari, s'élanceront en 4e ligne, un rang devant le Japonais Kamui  Kobayashi (Sauber) et le Suisse Sébastien Buemi (Toro Rosso), qui a bouté la  légende Michael Schumacher (Mercedes, 11e) hors de la Q3. Autre performance remarquable, dans le mauvais sens, le 18e temps de Nick  Heidfeld, qui aura bien du mal à faire oublier le Polonais Robert Kubica,  gravement blessé en rallye, chez Lotus Renault. "La performance de la voiture est positive. Même si on a un goût amer sur  les raisons pour lesquelles Nick n'est pas passé en Q2", a déclaré, souriant,  Eric Boullier, le directeur de  l'écurie Lotus Renault. Heidfeld, remplaçant de Robert Kubica, gravement blessé en février lors  d'un rallye, a été "carrément bloqué" par Michael Schumacher, sept fois champion du monde, dans son tour  rapide en pneus neufs, qu'il a donc "loupé", puis il a été "obligé de piler  pour ne pas rentrer" dans une Hispania au tour suivant, a-t-il expliqué.    

Pas d'Hispana

A noter enfin que deux voitures ne participeront pas, pour la première fois  depuis longtemps, au GP dimanche. Les Hispania, pilotées par Vitantonio Liuzzi  et Narain Karthikeyan, n'ont pas réalisé 107% du meilleur temps signé par  Vettel en Q1. La petit structure espagnole semble particulièrement hors du coup, son  pilote indien Narain Karthikeyan ayant réussi un meilleur tour pour Hispania en  1 min 41 sec 554/1000 lors des essais libres, soit à... 17 secondes de Vettel. Ces performances, au vu des circonstances dans lesquelles elles ont été  obtenues, restent toutefois encourageants. Contrairement à toutes les autres  écuries du plateau, Hispania n'a fait rouler sa voiture que vendredi - un tour  - pour la première fois. Tous les autres équipes, dont Virgin, pour qui le pire était craint, seront  sur la piste d'Albert Park dimanche.

Grille de départ1re ligne:
Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault), Lewis Hamilton (GBR/McLaren-Mercedes)
2e ligne:
Mark Webber (AUS/Red Bull-Renault), Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes)
3e ligne:
Fernando Alonso (ESP/Ferrari), Vitaly Petrov (RUS/Lotus-Renault)
4e ligne:
Nico Rosberg (GER/Mercedes), Felipe Massa (BRA/Ferrari)
5e ligne:
Kamui Kobayashi (JPN/Sauber-Ferrari), Sébastien Buemi (SUI/Toro Rosso-Ferrari)
6e ligne:
Michael Schumacher (GER/Mercedes), Jaime Alguersuari (ESP/Toro Rosso-Ferrari)
7e ligne:
Sergio Perez (MEX/Sauber-Ferrari), Paul di Resta (SCO/Force India-Mercedes)
8e ligne:
Pastor Maldonado (VEN/Williams-Cosworth), Adrian Sutil (GER/Force India-Mercedes)
9e ligne:
Rubens Barrichello (BRA/Williams-Cosworth), Nick Heidfeld (GER/Lotus-Renault)
10e ligne:
Heikki Kovalainen (FIN/Team Lotus), Jarno Trulli (ITA/Team Lotus)
11e ligne:
Timo Glock (GER/Virgin-Cosworth), Jérôme d'Ambrosio (BEL/Virgin-Cosworth)

Mathieu Baratas