Lewis Hamilton Mercedes
Lewis Hamilton (Mercedes) | WILLIAM WEST / AFP

GP d'Australie : Hamilton frappe d'entrée

Publié le , modifié le

Lewis Hamilton a confirmé son statut de grand favori de la saison de F1 en réalisant la pole position du Grand Prix d'Australie à Melbourne. Mais la concurrence n'est pas loin : Sebastian Vettel et sa Ferrari s'élanceront aux côtés du Britannique en première ligne. Belle performance de Romain Grosjean, qui a signé le 6e temps.

Les règles ont beau avoir changé, le maître du jeu s'appelle toujours Mercedes. La firme allemande a prouvé dès le coup d'envoi de la saison qu'elle avait parfaitement su s'adapter aux nouvelles contraintes aérodynamiques et s'annonce une nouvelle fois comme la monoplace à battre. Et Lewis Hamilton n'a laissé à personne d'autre le soin de signer la pole, battant au passage le record de la piste de l'Albert Park. 

Ferrari en embuscade

Ses premiers poursuivants, Sebastian Vettel (Ferrari) et Valtteri Bottas (Mercedes), se tiennent dans un mouchoir, à trois dixièmes. Ferrari et Vettel, qui retrouvent la première ligne pour la première fois depuis le GP de Singapour en 2015, seraient donc enfin en mesure de bousculer l'écurie triple championne du monde en titre pilote et constructeurs? Les jeux sont ouverts pour les places d'honneur, avec l'autre Ferrari de Kimi Räikkönen pour compléter la deuxième ligne, et la course de dimanche donnera certainement des éléments de réponse plus probants. Mais Hamilton, lui, paraît bien intouchable.

Au rayon des confirmations de la troisième et dernière séance d'essais libres et des qualifications disputées samedi, sous une météo de plus en plus nuageuse et humide, on notera aussi l'impressionnante rapidité des nouvelles monoplaces. Le Français Romain Grosjean (Haas), qui s'élancera en troisième ligne, prophétisait jeudi: "On verra tout au long de la saison si on bat les records de tous les circuits, mais je pense que oui". Au vu de ces deux premiers jours de course, difficile de ne pas penser comme lui. Juste devant lui sur la grille, le bouillant Max Verstappen sera à surveiller comme le lait sur le feu.

Reste une inconnue à la veille du premier Grand Prix de 2017: la capacité des pilotes à encaisser des courses qui s'annoncent plus exigeantes physiquement que lors des saisons précédentes, à bord de ces monoplaces à la fois plus larges, plus lourdes et plus rapides. "Avec des charges plus élevées dans la voiture, une vitesse accrue dans les virages, l'endurance est plus importante que jamais, donc nous pourrions voir plus d'erreurs en course, des pilotes poussés à leur limite", a prévenu Paddy Lowe, ancien directeur technique de Mercedes passé chez Williams, vendredi en conférence de presse.

Un pilotage exigeant

Signe qu'il devrait s'agir d'un facteur capital pour bien figurer dans ce Championnat du monde, les pilotes s'accordent à dire qu'ils ne se sont jamais autant entraînés que pendant l'intersaison. L'Allemand de Sauber Pascal Wehrlein, ralenti dans sa préparation par une blessure au dos en janvier et ne se sentant "pas prêt physiquement", a par ailleurs renoncé samedi matin à prendre part à la course, alors qu'il avait été jugé apte par la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Il a été remplacé par l'Italien Antonio Giovinazzi, pilote de réserve de la pépinière Ferrari, novice en F1. Il y aura donc deux "rookies" sur la grille, avec le Canadien de Williams Lance Stroll.

Grille de départ:
1re ligne:
Lewis Hamilton (GBR/Mercedes)
Sebastian Vettel (GER/Ferrari)
2e ligne:
Valtteri Bottas (FIN/Mercedes)
Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)
3e ligne:
Max Verstappen (NED/Red Bull-TAG Heuer)
Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari)
4e ligne:
Felipe Massa (BRA/Williams-Mercedes)
Carlos Sainz Jr (ESP/Toro Rosso-Renault)
5e ligne:
Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Renault)
Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer)
6e ligne:
Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes)
Nico Hülkenberg (GER/Renault)
7e ligne:
Fernando Alonso (ESP/McLaren-Honda)
Esteban Ocon (FRA/Force India-Mercedes)
8e ligne:
Marcus Ericsson (SWE/Sauber-Ferrari)
Antonio Giovinazzi (ITA/Sauber-Ferrari)
9e ligne:
Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari)
Stoffel Vandoorne (BEL/McLaren-Honda)
10e ligne:
Jolyon Palmer (GBR/Renault)
Lance Stroll (CAN/Williams-Mercedes)