Lewis Hamilton Mercedes
Lewis Hamilton (Mercedes) | Andrej ISAKOVIC / AFP

GP d'Allemagne : Mercedes craint le coup de chaud

Publié le , modifié le

Battues pour la première fois de la saison en Autriche, les Flèches d'Argent ont réagi en Grande-Bretagne et doivent rugir de nouveau à Hockenheim, dans le pays d'origine du motoriste Mercedes. Mais dans des conditions caniculaires similaires à celles de Spielberg, elles seront peut-être encore en difficulté. Dans ce cas, les Red Bull, galvanisées par le succès de Verstappen et le retour en grâce de Gasly vont tenter de prolonger la fronde. A moins que les Ferrari ne se mêlent, enfin, à la lutte pour la victoire ?

Les Mercedes ont peut-être finalement une faille dans la cuirasse : la chaleur. Ce sont les températures élevées qui ont stoppé leur série victorieuse en Autriche lors du dernier week-end de juin. Sur le tracé de Spielberg, les Flèches d'argent ont connu des problèmes de refroidissement qui ont obligé Valtteri Bottas (3e) et Lewis Hamilton (5e) à lever le pied. Si la firme anglo-allemande a réagi en championne dans les conditions beaucoup plus clémentes de Silverstone, elle craint de nouveau une hausse du thermomètre ce week-end pour le GP d'Allemagne. Et les prévisions annoncent encore un mercure au sommet à Hockenheim !

"Comme Spielberg, Hockenheim est un circuit relativement court (4,574 km), ce qui resserre les écarts entre les écuries", pointe Toto Wolff, le patron de Mercedes. "La météo prévoit des températures élevées, qui ont été extrêmement dures pour nous en Autriche, nous devons donc rester vigilants." On peut cependant compter sur la réactivité de la firme à l'étoile pour trouver rapidement une parade. 

Gasly le magnifique

Si toutefois les Mercedes venaient encore à renâcler, les Red Bull semble encore une fois les mieux placées pour s'emparer du pouvoir. Max Verstappen n'est jamais aussi fort que lorsqu'il joue la gagne et Pierre Gasly, un temps mis sur la sellette par son patron Chris Horner, a su magnifiquement répondre en Grande-Bretagne mi-juillet, se classant cinquième des qualifications et quatrième de la course. 

"Je suis enthousiaste à l'idée de disputer la prochaine manche en Allemagne, surtout après ce week-end solide à Silverstone, et j'ai hâte de poursuivre sur cette bonne lancée", clame le Français, qui a un compte à régler avec le circuit d'Hockenheim. En 2016, quand il courait en GP2 (la catégorie inférieure), un extincteur lui avait "explosé au visage", l'aveuglant quelques instants ! Troisième sur la ligne d'arrivée, il avait était disqualifié, sa monoplace à l'extincteur vide ne respectant pas les conditions de sécurité.

L'ombre de Vettel 

Sur ses terres, Sebastian Vettel, lui, jouera encore plus gros que les autres. Au classement des pilotes, le natif d'Heppenheim, à une quarantaine de kilomètres d'Hockenheim, n'est que quatrième, à 100 points du leader Hamilton, 61 du Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes), deuxième, et 13 du Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), troisième. Son équipier Charles Leclerc est cinquième à trois longueurs mais le Monégasque de 21 ans fait bien meilleure impression. Leclerc est en effet passé à deux reprises tout près de la victoire (à Bahreïn fin mars et en Autriche fin juin), quand Vettel s'est surtout fait remarquer par deux nouvelles erreurs. Devant son public, le quadruple champion du monde ne peut pas rêver meilleur théâtre pour une renaissance.