Formule 1 : Lewis Hamilton a-t-il déjà fait le plus dur ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Lewis Hamilton au GP de Grande-Bretagne 2020

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Contre toute attente, Valtteri Bottas a terminé le GP de Grande-Bretagne à la 11e place, et n'a ramené aucun point de son week-end. En l'emportant ce dimanche, Lewis Hamilton a ainsi frappé un grand coup dans la course au titre de champion du monde. Le jeu est-il déjà plié ?

Quoi qu'il en dise, Lewis Hamilton s'attendait sans doute à boucler son premier week-end à Silverstone dans la peau du champion ou, au pire, du dauphin. Mais il ne s'attendait sans doute pas à en ressortir si conforté dans la peau du leader au championnat du monde. En une course, il a pris 25 points à son principal rival et coéquipier Valtteri Bottas. Le voilà crédité d'une avance de 30 points, après seulement quatre Grands Prix. Certes, il reste au moins neuf courses d'ici la fin de la saison. Mais l'extrême écart qui existe entre Mercedes et les autres sur cette saison rend décisive chaque contre-performance des deux pilotes. 

Les Mercedes ont littéralement tué tout suspense ce week-end

Ce paramètre est d'autant plus vrai que l'on ressort d'un Grand Prix où, probablement plus que jamais, l'écurie allemande a fait étalage de l'avance dont elle jouissait sur le reste du paddock. La monoplace de Valtteri Bottas et de Lewis Hamilton est loin, très loin des capacités moyennes des autres. Max Verstappen a ainsi été relégué à plus d'une seconde lors de la séance de qualifications... "Les deux voitures étaient vraiment au-dessus du lot, a concédé Toto Wolff, le patron de Mercedes, après la pole position d'Hamilton samedi. J’imagine qu’on ne s’est pas fait des amis".

à voir aussi GP de Grande-Bretagne : Lewis Hamilton l'emporte avec un pneu crevé devant Max Verstappen après une fin de course complètement folle GP de Grande-Bretagne : Lewis Hamilton l'emporte avec un pneu crevé devant Max Verstappen après une fin de course complètement folle

Cette domination s'est confirmée pendant la quasi-totalité de la course dimanche. Du départ au tour 49, Bottas et Hamilton n'ont cessé d'accroître leur avance sur Max Verstappen, pourtant lui-même au-dessus du reste du peloton. Sans les incroyables crevaisons des derniers tours, il ne fait quasiment aucun doute que le GP de Grande-Bretagne se serait soldé par un nouveau doublé éclatant de Mercedes.

Valtteri Bottas a perdu gros individuellement ce week-end

Ce n’est pas qu’une seconde place que Bottas a perdu avec sa crevaison ce dimanche. C’est, peut-être avant tout, un cinglant 25-0 qu’il encaisse. Avant ce week-end, déjà, la lutte semblait inégale entre le sextuple champion du monde et le Finlandais. Entre le leader attitré, que l’écurie, quoi qu’elle dise, privilégiera toujours, et l’équipier. On l’estimait condamné à lustrer la deuxième place sur les neufs podiums restants, et laisser Hamilton s’envoler, progressivement, vers un 7e titre de champion du monde.

Mais les calculs ne prévoyaient pas la razzia de ce dimanche. Qu’Hamilton l’emporte sur Bottas ne change pas grand-chose. Que Bottas n’inscrive aucun point, en revanche, change totalement la donne. Il était censé arriver sur le deuxième Grand Prix de Silverstone avec 12 points de retard, il débarquera 35 points derrière. Pire : le Finlandais sent désormais le souffle chaud de Max Verstappen dans son dos, puisque le Néerlandais pointe à seulement 3 points.

Mathématiquement...

La fin de saison verra-t-elle, plutôt qu'un duel entre pilotes Mercedes pour le titre, une bataille entre Bottas et Verstappen pour la 2e place ?  On fait dire ce qu’on veut aux statistiques. D’un côté, tout est encore possible, « mathématiquement ». L’écart serait en soi rattrapable en trois grands prix pour Bottas. Mais, à moins d'un cataclysme, il n'est clairement pas envisageable que le sextuple champion du monde n'inscrive plus un seul point en 2020. Sachant que Mercedes est plus dominateur que jamais, le meilleur des scénarios, pour Bottas, serait qu'Hamilton enchaîne les 2e place.

Il ne concèderait alors que 7 points à Bottas sur chacun des Grands Prix restants. Ainsi, le Finlandais lui repasserait devant au Grand Prix de Toscane, prévu début septembre. Soit à 5 Grands Prix de la fin de la saison. Le déroulement de la dernière course n'incite pas à de tels exercices de prospective. L'inattendu fera toujours partie, quoi qu'on en dise, des premiers rôles dans les scénarios sportifs. Il serait absurde pour Hamilton de crier victoire alors que la saison n'en est même pas à son deuxième tiers. Mais le prévisible a aussi sa place. Et, si Hamilton n'a pas encore triomphé, il est très probable qu'au moment de faire les comptes dans cinq mois, Valtteri Bottas se souvienne de cette crevaison de Silverstone comme d'un premier tournant.