Lotus E23 studio
La nouvelle Lotus E23 | DR

Formule 1 - Dix semaines de sursis pour l'écurie endettée Lotus

Publié le , modifié le

L'écurie britannique de Formule 1 Lotus, sous la menace d'une liquidation judiciaire à cause de ses dettes, s'est vu accorder dix semaines de sursis le jour même de l'annonce de son rachat possible par Renault, selon une décision de la haute court de justice de Londres lundi.

En décalant la prochaine audition au 7 décembre, le juge Colin Birss a expliqué que le plus important était de faciliter la future transaction. "La meilleure chance pour ça, c'est que cette affaire soit secourue par Renault", a-t-il déclaré. Cette décision souhaitée par l'écurie a été acceptée contre la promesse d'un versement de 3,6 M EUR cette semaine à l'administration fiscale britannique. Grâce au champion du monde finlandais, Kimi Räikkönen, Lotus a terminé 4e du Championnat du monde des constructeurs en 2012 et 2013, avec des moteurs Renault.

Puis la saison 2014 catastrophique, en raison principalement de son moteur français, a incité Lotus à faire des économies et l'homme d'affaires Gérard Lopez, dont le fond d'investissement Genii Capital avait racheté l'équipe en 2010, à prendre du recul. Depuis, Lotus traverse de grosses difficultés financières et doit de l'argent à l'administration britannique. En raison de ces problèmes, Lotus a même été tenue dimanche à l'écart du paddock lors du GP du Japon. Renault a annoncé lundi avoir signé avec Gravity Motorsports, filiale de Genii Capital, le propriétaire de l'équipe, "une lettre d'intention portant sur l'acquisition potentielle par Renault d'une participation majoritaire dans le capital Lotus F1 Team".

AFP