Alonso Montezemolo Ferrari
Le président de Ferrari Luca di Montezemolo avec son pilote Fernando Alonso | ERIC VARGIOLU / E.V.A. / DPPI MEDIA

Ferrari pourrait quitter la Formule 1

Publié le , modifié le

Le président de Ferrari Luca de Montezemolo a confié au quotidien économique The Wall Street Journal que la marque italienne pourrait quitter la Formule 1, dont l'évolution "ne fonctionne pas", pour se consacrer aux courses d'endurance.

"La Formule 1 ne fonctionne pas", a déclaré Montezemolo dans un entretien  au WSJ publié vendredi sur le site internet du journal américain. "C'est en baisse, car (la Fédération internationale de l'automobile) a  oublié que les gens suivent les courses pour les émotions qu'elles suscitent.  Personne ne les suit pour voir l'efficacité (des voitures), allons", a-t-il  poursuivi. "Personne ne veut voir un pilote économiser l'essence ou ses pneus. Les  gens veulent voir les pilotes être à fond pour aller d'un point à un autre. (La  F1) c'est un sport, oui, mais aussi un show", a souligné le patron de la Scuderia. Dans la ligne de mire de Montezemolo, les évolutions de la réglementation  pour réduire les coûts et être en phase avec l'époque, comme l'introduction  d'un nouveau moteur V6 turbo hybride, moins bruyant et moins polluant.

En endurance à partir de 2020 ?

Ferrari, propriété du groupe Fiat, dont Montezemolo est également le  président, est l'écurie la plus emblématique de la F1 et compte à son palmarès  15 titres de champion du monde des pilotes, 16 titres de champion du monde des  constructeurs et 221 victoires en Grand Prix. La Scuderia st engagé dans le Championnat du monde de F1 depuis ses débuts  en 1950. Elle a également participé à des courses d'endurance, remportant les  24 Heures du Mans à neuf reprises, mais son fondateur Enzo Ferrari avait décidé  de concentrer tous ses moyens sur la F1 à partir de 1973. Montezemolo a indiqué que Ferrari pourrait s'engager en endurance à partir  de 2020.

"Et bien sûr, nous ne pourrons pas faire de l'endurance et la F1, ce n'est  pas possible", a-t-il souligné. Depuis le début de la saison 2014, Ferrari n'arrive pas à concurrencer les  écuries Mercedes et Red Bull et se trouve même sous la menace de Force India. Au classement du Championnat du monde des constructeurs, l'écurie italienne  est 4e avec 87 points après le Grand Prix du Canada. Fernando Alonso est 4e du  classement des pilotes, avec 69 pts, soit deux fois moins que le leader,  l'Allemand Nic Rosberg (Mercedes).

AFP