Le vent de révolte va-t-il devenir révolution ?

F1 - GP de Grande-Bretagne : Le vent de révolte va-t-il devenir une révolution ?

Publié le , modifié le

Ce week-end, le 10e Grand Prix de l'année a lieu en Grande-Bretagne, sur le mythique circuit de Silverstone. Après la victoire surprise de Max Verstappen en Autriche la semaine dernière, et la 2e place de Charles Leclerc, les Mercedes voudront réaffirmer leur domination. A moins que le vent de révolte du Grand Prix d'Autriche n'ait été le début d'une révolution cette saison 2019 de Formule 1.

Est-ce que l'Autriche restera comme une parenthèse enchantée dans cette terne saison de Formule 1 ? Alors que les Grands Prix défilaient et accouchaient de la même issue (Mercedes l'emportait à huit reprises sur les huit premières courses) , l'épreuve d'Autriche était venue chambouler la hiérarchie, l'espace d'une course.

à voir aussi Formule 1 : en Autriche, Verstappen prive Leclerc d'un premier succès Formule 1 : en Autriche, Verstappen prive Leclerc d'un premier succès

Nous voilà au lendemain de ce vent de révolte, les yeux rivés sur le mythique circuit de Silverstone. Les Flèches d'Argent pourront-elles réinstaurer leur domination sans partage, ou les jeunes loups que sont Max Verstappen et Charles Leclerc confirmeront-ils leur capacité à rebattre les cartes ?

Un circuit qui convient mieux aux Mercedes qu'en Autriche 

 A Spielberg, si l'écurie leader s'est effondrée, c'est en bonne partie à cause des conditions. Des problèmes de surchauffe ont contraint les deux pilotes à économiser leurs monoplaces pendant la course. "Heureusement, l'été anglais est connu pour ses températures modérées, donc le refroidissement ne devrait pas être un gros problème pour nous" a estimé le patron de Mercedes, Toto Wolff, d'après des propos relayés par l'AFP.  En effet, le Grand Prix de Grande-Bretagne n'est pas réputé pour ses conditions dantesques. Ce week-end, la météo prévoit comme température maximale entre 20 et 22 degrés. 

Lewis Hamilton comme chez lui 

« Nous ne nous attendons pas à de grosses surprises à Silverstone excepté qu’il faudra apprendre le nouvel asphalte, explique à Ouest-France le directeur du département châssis Nick Chester, chez Renault F1. Il faut avoir un train avant avec pas mal d’adhérence pour enchaîner les virages à hautes vitesses, mais on ne peut pas mettre trop d’appuis aéro à cause des longues lignes droites. » Lewis Hamilton, sur Mercedes, détient le record depuis l’an dernier, avec un chrono en 1’25’’892. Le Britannique a claqué huit podiums en douze départs.Personne n'a fait mieux parmi tous les pilotes présents sur la grille de départ.

Lewis Hamilton
Lewis Hamilton © JOSE BRETON / NURPHOTO

Dans l'histoire, seuls Jim Clark et Alain Prost ont fait aussi bien que Hamilton avec cinq victoires à Silverstone. "C'est une piste sur laquelle nous avons été forts par le passé, donc, j'espère que nous pourrons retrouver ça ce week-end", déclare le quintuple champion du monde. Toto Wolff abonde dans le sens de son champion : "Nous avons réalisé certaines de nos meilleures performances cette année sur des pistes offrant une grande variété de vitesses de passage en courbe. Donc, sur le papier, nous devrions être en relativement bonne forme". 

Les Ferrari inquiets pour leur performance

Si Leclerc a réalisé un superbe week-end en Autriche, Ferrari ne s'est toujours pas complètement rassuré sur sa capacité à défier, sur le long terme, les Flèches d'Argent. Deuxièmes du championnat constructeurs avec 135 points de retard sur Mercedes, les Ferrari abordent le circuit de Silverstone avec beaucoup d'appréhension ; pour des raisons techniques notamment, comme l'explique Mattia Binotto, directeur de l'écurie, à l'AFP  : "Les pneus sont soumis à une forte contrainte ici, et la manière dont ils s'usent joue un rôle clé dans la manière dont se déroule la course. Nous ne nous attendons pas à ce que Silverstone convienne particulièrement bien à notre voiture". 

Charles Leclerc
Charles Leclerc © FrankHoermann / SVEN SIMON / SVEN SIMON / dpa Picture-Alliance

La monoplace de Vettel et de Leclerc disposera même de quelques évolutions techniques. "Nous apportons à nouveau de petites modifications aérodynamiques, car nous continuons à redoubler d'efforts au niveau du développement de notre voiture. Le week-end sera également une opportunité d'accroître la compréhension du récent travail que nous avons fourni, et qui nous a vus réduire l'écart avec nos concurrents sur des types de tracé spécifiques." 

Avec Verstappen, Red Bull peut s'attendre à tout 

Vainqueur la semaine passée en Autriche, Max Verstappen s'affirme, semaine après semaine, comme le troisième homme de cette saison. C'est le leader incontesté de son écurie, puisqu'il n'a plus fini derrière son coéquipier, d'abord Daniel Ricciardo puis cette année Pierre Gasly, depuis le GP de Monaco 2018. D'après Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, son poulain est tout simplement le meilleur pilote du monde actuellement. "Il n'est pas dans la meilleure voiture. Mais quand on regarde les résultats qu'il a tirés de cette voiture depuis Montréal l'an dernier, certaines des performances qu'il a réalisées... Il n'a commis pratiquement aucune erreur lors de cette période." a expliqué Christian Horner d'après des propos rapportés par le site motorsport.com.

Verstappen
Verstappen © AFP

 Il s'est ensuite dit "absolument convaincu" qu'à voiture égale, Verstappen supplanterait Hamilton, toujours d'après motorsport.com. Il est vrai que la saison de Verstappen est impressionnante. Alors que l'on attendait plus Sebastian Vettel, ou encore Charles Leclerc, à cette place, la monoplace de Max Verstappen s'est clairement montrée comme le plus régulier des adversaires des Flèches d'Argent. Le pilote néerlandais s'est classé dans le Top 5 des 18 derniers Grand Prix. Alors, rebelote en Grande-Bretagne ?