Les Mercedes devant les Ferrari, une image habituelle en ce début de saison 2019
Les Mercedes devant les Ferrari, une image habituelle en ce début de saison 2019 | AFP - HOCH ZWEI / dpa Picture-Alliance

F1: Barcelone, nouveau terrain de jeu de la suprématie Mercedes ?

Publié le , modifié le

Cinquième étape du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix de Barcelone pourrait encore une fois être le théâtre d'expression des Mercedes. Après quatre doublés lors des quatre premières courses de la saison, les Flèches d'Argent arrivent sur un circuit qui a couronné une monoplace allemande à quatre reprises lors des cinq dernières saisons. Qui de Lewis Hamilton ou de Valtteri Bottas, leader du championnat avec un point d'avance sur le Britannique, sera sur la plus haute marche ? A moins que les Ferrari connaissent enfin un brin de réussite...

Valtteri Bottas ou Lewis Hamilton ? En ce début de saison, mieux vaut parier sur la Formule 1 qu'au tiercé. Jusque-là, il y a 50% de chances de remporter la mise. Entre le Finlandais, vainqueur en Australie et en Azerbaïdjan, et le Britannique, sacré à Bahrain et en Chine, la partie de passe-passe n'a pas laissé de place aux autres. Seule la 3e place offre du suspense: Verstappen sur sa Red-Bull (Australie), Leclerc sur Ferrari (Bahrain) et Vettel (Chine et Azerbaïdjan), et encore, trois fois sur quatre il faut chercher du côté du Cheval Cabré...

Avec 35 points de retard, l'Allemand se trouve déjà dos au mur s'il veut conserver quelques espoirs de se mêler à la course au titre. Sur un circuit où les Ferrari avaient montré toute leur vitesse et leur supériorité lors des essais hivernaux, durant lesquels les Flèches d'Argent éprouvaient les pires difficultés. Les temps ont bien changé. Pour son patron, Louis Camilleri, Ferrari reste un "concurrent crédible" pour le titre alors qu'il reste 17 courses au calendrier, mais il concède que les premières "n'ont clairement pas répondu à nos attentes".

Mercedes face à son plus grand adversaire: lui-même

L'écurie italienne introduit d'ailleurs ce week-end une première évolution de son moteur, deux courses plus tôt que prévu. Pour Toto Wolff, le patron de l'écurie allemande, les résultats enregistrés jusqu'à maintenant sont toutefois "trop flatteurs" et ne "reflètent pas l'équilibre des forces de la saison jusqu'à maintenant". Il y a un an, les Mercedes réalisaient le doublé, le dernière de ses trois succès sur ce circuit ces cinq dernières saisons.

Mais à mesure que la saison passe et que les succès s'enchaînent, l'écurie allemande peut aussi se rapprocher du plus grand danger qui existe aujourd'hui: sa propre concurrence. Souvenez-vous, en 2016, c'est ici, à Barcelone que Lewis Hamilton et Nico Rosberg s'étaient accrochés, au firmament de leur rivalité au championnat, pour abandonner tous deux. Mais Toto Wolff assure que l'expérience lui sera utile: "Notre équipe est très solide et nous ne permettrons pas à la relation entre nos pilotes de se détériorer au point qu'elle aurait un impact négatif. Si cela devait être encore le cas, après Nico et Lewis, nous nous assurerons de mettre en place un système de cartons jaunes et rouges. Mais nous sommes loin d'en être là", a-t-il dit dans un entretien au site officiel de la F1.