Sebastian Vettel
Sebastian Vettel | NICOLAS LAMBERT / BELGA / AFP

Essais libres 2: Red Bull en pôle

Publié le , modifié le

Les deux Red Bull de l'Allemand Sebastian Vettel, leader du championnat du monde, et de l'Australien Mark Webber ont signé les deux meilleurs temps de la 2e séance d'essais libres du Grand Prix de Belgique, vendredi après-midi sur le circuit de Spa-Francorchamps

Discrètes le matin, sur une piste très humide, les monoplaces championnes  du monde en titre ont fait forte impression sur une piste redevenue sèche,  reléguant la Lotus du Français Romain Grosjean, 3e chrono, et la Ferrari du  Brésilien Felipe Massa, 4e temps, à plus de huit dixièmes de seconde. En 1 minute 49 secondes et 331/1000, en pneus à gomme "medium", Vettel a  amélioré de six secondes le meilleur temps réalisé le matin par l'Espagnol  Fernando Alonso (Ferrari), double champion du monde, qui s'est contenté du 7e  temps l'après-midi. Vettel a déjà gagné à Spa, en 2011, tout près de sa ville natale de  Heppenheim et de la piste de karting de Michael Schumacher, le septuple  champion du monde, où il avait fait ses débuts sur quatre roues. Il a déjà  gagné quatre fois en 2013 et possède 38 points d'avance au championnat, soit  plus que l'équivalent d'une victoire. L'autre bonne surprise française de cette 2e séance, en plus du 3e chrono  de Grosjean, a été le 5e temps de Jean-Eric Vergne (Toro Rosso), devant l'autre  Lotus du Finlandais Kimi Räikkönen.

Les deux Force India de l'Ecossais Paul di  Resta et de l'Allemand Adrian Sutil, très rapides vendredi matin sur piste  humide, sont rentrées dans le rang, aux 10e et 11e places. Vainqueur fin juillet en Hongrie, Lewis Hamilton (Mercedes) a un peu  amélioré son temps du matin mais n'a signé que le 12e chrono, tandis que son  coéquipier Nico Rosberg, victorieux à Monaco et Silverstone, a lui aussi  travaillé en prévision de la course, plutôt que des qualifications, et signé le  9e chrono. Quant à Jenson Button (McLaren), vainqueur ici l'an dernier, il n'a fait  que le 15e temps et attend toujours des nouvelles précises de son écurie, qui  n'a pas encore fait jouer son option pour le conserver en 2014.

AFP