F1 Melbourne départ virage
Les Mercedes ont pris les devants de la saison 2015 de F1 | HOCH ZWEI / PICTURE-ALLIANCE

Dans le rétro de Melbourne : Mercedes écrase tout, Renault en souffrance

Publié le , modifié le

Doublé des Mercedes, Hamilton devant Rosberg, et abandons en cascade, c'est le bilan du premier Grand Prix de F1 de la saison à Melbourne.

Mercedes frappe fort

C'est toujours la même étoile qui brille sur la Formule 1 après le premier Grand Prix de la saison en Australie. Au sommet de la hiérarchie, Mercedes n'a laissé à personne le soin de claquer une première victoire et même un doublé pour Hamilton et Rosberg. Au regard de cette première course, l'hiver n'a pas réduit les écarts entre le constructeur et les autres. Bien au contraire. Pour le patron du team Toto Wollf, c'est le fruit d'un travail acharné depuis Abu Dhabi. Lewis Hamilton et Nico Rosberg se sont chargés du reste. "C'était une course phénoménale pour nous, a déclaré le double champion du monde. Nous avons fait du très bon  travail pour la préparer." Le Britannique était intouchable malgré la menace constante de son coéquipier. "Ca ne se voyait peut-être pas de l'extérieur, mais j'ai attaqué de bout en bout, a confirmé Rosberg. Le seul problème, c'est que Lewis n'a fait aucune erreur, il a fait une  course de champion du monde." Le hic dans cette performance de haut vol, c'est la concurrence qui a terminé bien au-delà des trente secondes. Si les deux Mercedes ne se rendent pas coup pour coup, on risque de s'ennuyer toute la saison.

Vettel dépose sa Ferrari sur le podium

Quand on ne gagne pas, il faut savoir mettre les tifosi dans sa poche. En lâchant son "Forza Ferrari" à la fin de la course, Sebastian Vettel avait parfaitement rempli son rôle de communicant. Sur la piste, il a aussi rempli celui de pilote avec une troisième place pleine de promesses. La Scuderia n'est pas encore au niveau de Mercedes mais elle se place en outsider N.1 devant les Red Bull et les Williams. "C'est un gros pas en avant pour nous et nous savions en arrivant ici que Mercedes serait devant. C'est une belle journée, surtout quand on voit d'où part l'équipe par rapport à la saison dernière, a expliqué Vettel, rouge de plaisir. L'ambiance est au beau fixe et nous voulons faire en sorte prochainement de leur rendre la vie difficile (aux deux pilotes Mercedes, ndlr). Victime de problèmes à répétition à l'arrière gauche, Kimi Räikkönen n'a pas goûté au champagne. Maintenant que l'Allemand est dans la place, les bulles vont se faire plus rares.

Renault loin du compte

Depuis un an rien n'a changé, Red Bull et Toro Rosso rêvent d'une bonne étoile. Un bon moteur puissant et fiable que Renault n'a pas encore réussi à leur donner. Le patron de l'écurie autrichienne Chris Horner n'a pas mâché ses mots après ce premier couac en course (moteur cassé vendredi, Kvyat forfait à cause d'un problème de boîte de vitesse, Ricciardo 6e, ndlr). "Ce fut un week-end difficile pour Renault. Le moteur est tout simplement inconduisible en l'état, assure-t-il. Vous n'avez qu'à entendre les remarques des pilotes. L'exemple le plus flagrant a été donné cet après-midi. Daniel (Ricciardo) avait pris un départ raisonnable avant que les problèmes de souplesse de conduite ne prennent le dessus. Nous concédons probablement 100 chevaux à Mercedes pour le moment. Renault a besoin de trouver des solutions, et vite. Vous pouvez voir que Ferrari a progressé, Sauber, avec tout le respect que j'ai pour eux, je doute que leurs progrès viennent essentiellement de leur châssis ! Mais il est facile de voir que Ferrari a bien progressé. Au contraire, à ce stade, Renault semble avoir reculé. Et c'est frustrant de voir que la situation est pire qu'elle ne l'était à Abu Dhabi l'an dernier en termes de puissance et de souplesse de conduite." Le divorce n'est pas prononcé mais le torchon brûle.

Honda en souffrance​, la jeunesse dans le coup

Patience sera le maître mot de la saison chez McLaren-Honda. Le retour du motoriste japonais en F1 n'a pas bouleversé l'ordre établi, bien au contraire. Des débuts très laborieux en l'absence de Fernando Alonso, forfait sur blessure. Le remplaçant de l'Espagnol, Kevin Magnussen, n'a pas pu prendre le départ (moteur cassé avant le tour de formation, ndlr). Jenson Button est lui allé au bout du GP mais il termine 11e à deux tours des Mercedes. Les premiers progrès ne devraient pas être visibles avant cet été. Attendus au tournant, les débutants ont eux plutôt bien réussi leur envol. Le Brésilien Felipe Nasr (Sauber), excellent 5e, et l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Toro Rosso), joli 9e, ont réussi à terminer dans  les points leur tout premier GP. Le Néerlandais Max Verstappen (Toro Rosso), 17 ans et plus jeune pilote de l'histoire de la F1, n'a pas eu la même réussite, trahi par son moteur Renault après la mi-course.

Xavier Richard @littletwitman