button canada 062011
Jenson Button | AFP

Button maître du chaos

Publié le , modifié le

Dans une course sublimée par une piste humide, Jenson Button s'est imposé sur le Hungaroring, la 11e manche du championnat. Le pilote McLaren a devancé Sebastian Vettel (Red Bull) et Fernando Alonso (Ferrari) dans un Grand Prix à rebondissements. Au classement des pilotes Vettel conserve la tête avec 234 points d'avance sur son dauphin, Webber. Les McLaren, plus performantes durant le week-end ratent le doublé à cause d'erreurs stratégiques. Hamilton est 4e.

Le Grand Prix de Hongrie n'a habituellement rien d'un feu d'artifice. Sur le circuit court du Hungaroring, près de Budapest, les courses sont le plus souvent fermées et sans éclat. Pourtant cette édition 2011 a dérogé à la règle, bien aidée par la pluie, avant et pendant la course. A ce petit jeu là, et après de multiples rebondissements, c'est Jenson Button qui s'est imposé. Le pilote britannique se spécialise de plus en plus dans les courses chaotiques après sons succès au Canada cette saison, dans des conditions dantesques. Il a décroché la 11e victoire de sa carrière, pour son 200e GP, et remonte à la 5e place du classement des pilotes. A l'arrivée de la course, il devance Sebastian Vettel (Red Bull) prudent dans de pareilles conditions et qui a consolidé sa place en tête du championnat. Fernando Alonso (Ferrari) complète le podium. Un week-end mi-figue mi-raisin pour l'Espagnol, qui cède une fois de plus du terrain sur Vettel. Le héros malheureux du Grand Prix s'appelle Lewis Hamilton. Le pilote McLaren, deuxième sur la grille, a été le meilleur pilote durant la course mais a payé cash un incompréhensible changement de pneus en fin de course pour échouer au 4e rang.

En pole position malgré une voiture légèrement inférieure aux McLaren, Sebastian Vettel prenait le meilleur envol sur la piste mouillée. Derrière lui, les deux McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button, restaient aux coudes à coudes, se frictionnant même un peu sans en arriver au drame du Grand Prix du Canada. A la surprise générale, les deux Mercedes, auteurs d'un départ canon sont venus jouer les troubles fête dans les premiers virages. Nico Rosberg et Michael Schumacher ont un temps perturbé la hiérarchie établie avant de s'évanouir dans la meute.

La course allait rapidement devenir folle. Lewis Hamilton à force d'attaquer finissait par faire céder Sebastian Vettel dans le 5e tour lorsque le champion en titre effectuait une courte excursion hors-piste. Le Britannique, brillant sur la route humide, allait ensuite s'envoler en collant près de sept dixième au tour à son poursuivant. Après lui, ce fut au tour de son coéquipier de dépasser la Red Bull et ainsi placer les deux McLaren en tête de la course.

On attendait la pluie, on a eu les flammes

Au 25e tour, Nick Heifeld se faisait une grosse frayeur en voyant sa voiture prendre feu à la sortie des stands. Un problème d'échappements, selon les premières constatations. Heureusement, plus de peur que de mal pour le pilote allemand qui sortait indemne de cet incident. Cependant, ces flammes venaient parachever un week-end noir pour les Lotus Renault, déjà 12e et 14e sur la grille de départ. Dernière voiture en piste, Vitaly Petrov a terminé à une anonyme 12e place.

Mais alors que la course semblait déjà terminée. Lewis Hamilton s'est fait surprendre par une fine averse au 47e tour. Le Britannique cédait sa première place à son coéquipier sur un tête-à-queue et voyait Sebastian Vettel revenir dans ses échappements. Les deux Anglais allaient se rendre coup pour coup dans les virages suivants avant que Hamilton ne reprenne son bien avec panache.

L'Anglais n'était pas au bout de ses émotions. Dans une course de plus en plus débridée, le leader du GP tentait un pari complètement fou en chaussant des pneus intermédiaires. Un choix curieux, voire incompréhensible, qui allait s'avérer catastrophique. Obligé de revenir aux stands après s'être fait dépasser par Fernando Alonso, le pilote McLaren allait ressortir 4e. Mais son calvaire n'allait pas s'arrêter là puisque le champion du monde 2008 était ensuite pénalisé d'un "drive through", un passage dans la ligne droite des stands, le faisant échouer à la 5e place. Au prix d'un superbe dépassement final, il allait toutefois reprendre la 4e place à Mark Webber en fin de course. Quel gâchis pour l'Anglais qui avait course gagnée à 23 tours de l'arrivée !

Derrière les résultats plus discrets de Mark Webber et de Felipe Massa (Ferrari), il faut noter la très belle septième place de Paul Di Resta (Force India). Un britannique de plus à intégrer le top 10, lui aussi à son aise sous la pluie. Après une course à couper le souffle les écuries et les pilotes vont profiter de quatre semaines de vacances pour se reposer avant de revenir pour la 12e manche du championnat du monde à Spa Francorchamps, en Belgique, le 28 aout.

Déclarations :

Sebastian Vettel (GER/Red Bull, 2e): "La victoire était à portée de main dimanche, pas impossible. En tout cas, c'est ce que je ressens à chaud. Au niveau du Championnat, ça été une bonne course, avec beaucoup de gens qui ont fini derrière moi, à part Jenson (Button). Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous voyons avec des courses comme celles-ci combien les choses peuvent changer. Le message le plus important est que McLaren était très compétitif lors des dernières courses. Cela ne me plaît pas trop."

Fernando Alonso (ESP/Ferrari, 3e): "Encore une course terminée sur le podium, la quatrième consécutive. Nous avons été performants sur quatre pistes différentes, dans des conditions climatiques qui n'étaient certainement pas favorables pour notre voiture. Cela me donne confiance pour la suite du Championnat. Mais là, je suis impatient de souffler un peu. Le mois de juillet a été assez intense et stressant. Tout le monde mérite ses semaines de vacances."

Lewis Hamilton (GBR/McLaren, 4e):
"J'ai commis une grosse erreur. Mon pneu avant-gauche était assez usé, je suis parti un peu trop large sur la chicane, et je suis parti en tête-à-queue, ce qui est très rare. Après cela, je dois m'excuser auprès de Paul di Resta (qui a dû sortir de piste pour l'éviter alors qu'il se remettait dans le bon sens, NDLR). Je ne l'ai pas vu. Je n'avais absolument aucune idée. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais j'ai pris une pénalité pour quelque chose, ce à quoi on peut s'attendre, parfois."

Mark Webber (AUS/Red Bull, 5e): "C'était une bonne course. Assez marrante. J'ai pris la bonne décision de me mettre en pneus slicks au bon moment. Mais quand la pluie est venue, je pensais qu'elle tomberait plus fort. Donc je suis parti en pneus intermédiaires. Mais la pluie n'est pas venue. L'écurie ne m'avait pas dit grand chose sur la pluie, donc je pensais que c'était une averse surprise. Ce pari n'a pas marché pour Lewis et moi. Et on a l'air stupide quand la piste s'est asséchée. Mais s'il avait plu quelques minutes de plus, alors cela aurait été les bons pneus. Parfois, pour gagner, il faut savoir lancer les dés. Je suis serein avec la décision que j'ai prise."

Felipe Massa (BRA/Ferrari, 6e):
"C'était une course difficile, avec la pluie qui s'en allait et revenait. Ma course a été ruinée par ma sortie de piste au 8e tour. Je suis rentré avec l'arrière de la voiture dans les barrières de protection. Je craignais que la voiture soit trop endommagée pour continuer. Là, j'ai perdu beaucoup de temps. Et même si j'ai ensuite réussi à faire de beaux dépassements et à remonter au classement, je suis amer de ne pas avoir pu lutter pour le podium, comme j'aurais dû le faire."

Paul di Resta (GBR/Force India, 7e):
"Finir 7e est la meilleure réponse après une série de courses où ça n'a pas fonctionné pour moi. C'est sympa de partir en vacances avec le sourire."

Sébastien Buemi (SUI/Toro Rosso, 8e): "J'ai fait une course fantastique, l'une de mes meilleures. J'ai pris un excellent départ, dépassant environ dix voitures dans le premier tour. Il est sympa de partir en vacances avec ces 4 points dans la besace, surtout avec ma pénalité de cinq places sur la grille."