Jenson Button McLaren
Jenson Button | TORSTEN BLACKWOOD / AFP

Button cavale seul

Publié le , modifié le

Le Britannique Jenson Button a remporté le premier Grand Prix de la saison à Melbourne après une course qu'il aura menée de bout en bout pour signer un 13e succès en carrière. Le pilote McLaren a devancé l'Allemand Sebastien Vettel (Red Bull) et son coéquipier Lewis Hamilton. Le Français Romain Grosjean (Lotus), parti 3e sur la grille, a abandonné dès le 2e tour.

L'impression ressentie durant les essais était la bonne : les McLaren-Mercedes sont bien l'arme anti-Red Bull annoncée. Le championnat du monde, et le suspense, ne s'en porteront pas plus mal. Avec les deux flèches d'argent en première ligne, l'écurie germano-britannique avait lancé un premier avertissement. Il a été suivi d'un véritable coup de semonce puisqu'au final d'un premier grand prix à rebondissements, Jenson Button a signé la 13e victoire de sa carrière devant Sebastian Vettel, qui empêche le doublé McLaren en s'intercalant devant Lewis Hamilton. Il n'empêche, le double-champion en titre allemand peut s'inquiéter. Sa Red Bull n'est plus aussi dominatrice, loin de là, que l'an passé à la même époque. Et sans des circonstances de course favorables (intervention de la safety-car après l'immobilisation de la monoplace de Petrov qui a permis à l'Allemand de passer Hamilton dans les stands), Vettel aurait dû se contenter de la troisième marche du podium.

Cette victoire de Button, qui  pris le meilleur sur son coéquipier, pourtant auteur de la pole position, dès l'extinction des feux portent la marque des ingénieurs McLaren. Là où tous les autres concurrents ont opté cette saison pour un museau à étage assez vilain, la McLaren présente un profil parfaitement fluide et élégant. Et donc diablement efficace. Button remporte donc le GP d'Australie pour la 3e fois après 2009,  chez Brawn GP et 2010, lors de sa première  course pour McLaren, sur le circuit où il avait débuté sa carrière en F1, en  2000 dans une Williams.L'Anglais, qui montait pour la 44e fois de sa carrière sur un podium, pourra peut-être glisser quelques conseils à Romain Grosjean. Le Français, quasi-néophyte en F1, a connu une course aussi décevante que ses qualifications avaient été prometteuses. Auteur du 3e temps sur la grille, le pilote Lotus, moyennement parti (6e au premier virage), a vu son grand prix se terminer dès le deuxième tour suite à un accrochage avec Maldonado. C'est le métier qui rentre et Grosjean, comme Lotus, ont pour eux un sacré potentiel. L'expérience, Michael Schumacher n'en manque pas pourtant pas mais le septuple champion du monde, en pleine lutte avec Vettel, est parti à la faute comme un débutant.

Vergne vitesse grand V

Premier grand prix, premier constat : trois champions du monde ont terminé sur le podium, sur les six engagés dans cette saison 2012, et cinq dans le Top 7 si l'on ajoute l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari), 5e en partant 12e sur la grille, et le Finlandais Kimi Räikkönen (Lotus), 7e en étant parti 17e. Pour leur baptême, les Français Jean-Eric Vergne et Charles Pic ont vécu des fortunes diverses mais le bilan est plutôt bon pour les Tricolores. Le premier nommé s'est classé 11e et a fait admirer sa pointe de vitesse, se permettant même de signer le meilleur temps provisoire en course au 24e tour, tandis que le second, finalement 15e, a poursuivi son apprentissage en rivalisant tout au long du grand prix avec son coéquipier Glock, pourtant beaucoup expérimenté.

Déclarations :

Sebastian Vettel (GER/Red Bull), 2e: "C'était une belle course, on s'est bien amusé. J'ai pris un bon départ mais j'ai été surpris par Nico (Rosberg), j'étais coincé et il est passé. Après, j'ai réussi à le repasser de justesse, c'était chaud. Bravo à McLaren et Jenson (Button), il a fait une super course et je n'aurais pas pu le battre aujourd'hui. Quand Lewis (Hamilton) est rentré au stand, j'ai décidé de rester sur la piste, puis la voiture de sécurité est sortie, et on a fait un super arrêt. En ressortant, je pensais pouvoir aller chercher Jenson mais il allait trop vite. En deux virages il était loin devant, hors de portée. Il mérite sa victoire. Et je pense que j'aurais quand même pu aller chercher Lewis même sans la sortie de la voiture de sécurité. Ca aurait été serré. Je suis heureux de prendre beaucoup de points pour la 2e place, on ne s'y attendait pas vraiment parce qu'on s'était un peu raté samedi en qualifications, et on savait que ce serait difficile aujourd'hui. Notre voiture a un gros potentiel, il y a juste quelques petits problèmes à résoudre avant la prochaine course".
Lewis Hamilton (GBR/McLaren), 3e: "C'était une course un peu dure, et j'ai commencé par un départ complètement raté, tout est parti de là. Mais je dois garder la tête haute et dire bravo à Jenson qui a fait un super boulot. Je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai pas été à l'aise du tout, ça aurait été bien de faire un doublé, mais ce n'était pas une bonne journée pour moi. Je ne suis pas satisfait de ce que j'ai fait, par rapport à beaucoup d'autres pilotes. Je suis déçu mais je vais me reconcentrer, parce que ce championnat se gagnera en étant constant. Ce résultat est quand même très positif pour toute l'équipe, qui a très bien travaillé. Il reste beaucoup de courses et j'ai hâte d'être à la prochaine".

Julien Lamotte