Rubens Barrichello - 2010
A 38 ans, Rubens Barrichello ne songe toujours pas à la retraite | AFP - ATTILA KISBENEDEK

Barrichello veut piloter chez Sauber

Publié le , modifié le

Le Brésilien Rubens Barrichello, 41 ans, est candidat à un retour en Formule 1 en 2014, dans l'écurie suisse Sauber, a indiqué la directrice général de Sauber F1, Monisha Kaltenborn, dans le paddock du circuit de Yeongam où se disputera dimanche le Grand Prix de Corée.

"Nous savons qu'il a de l'expérience. Il aimerait revenir, donc on va voir. Nous prendrons une décision en temps utile", a dit Mme Kaltenborn, interrogée  par le magazine britannique Autosport, au sujet du pilote brésilien qui avait  quitté la F1 fin 2011, remplacé chez Williams par son compatriote Bruno Senna. En 19 saisons de F1 (1993-2011), Barrichello a été engagé dans 323 GP de  F1, record absolu, pour Ferrari, Jordan, Honda, Brawn GP, Stewart et Williams.  Il a remporté 11 GP, est monté 68 fois sur le podium, et a été vice-champion du  monde en 2002 et 2004 derrière Michael Schumacher, son coéquipier allemand chez  Ferrari.

Depuis son départ de la F1, Barrichello a disputé une saison d'Indycar aux  Etats-Unis, en 2012, dans l'écurie KV Racing, et terminé 11e des fameux 500  Miles d'Indianapolis. Cette année, il a fait quelques courses de la série V8  Supercars au Brésil, dans une berline surpuissante, et a surtout été vu  plusieurs fois dans le paddock de F1. Un autre Brésilien, Felipe Massa, 32 ans, qui avait remplacé "Rubinho" en  2006 chez Ferrari, est lui aussi à la recherche d'une écurie pour 2014, car il  va quitter la Scuderia pour laisser sa place au Finlandais Kimi Räikkönen,  champion du monde 2007. Il avait conseillé en 2011 à Barrichello de "prendre sa  retraite". Massa, soutenu par plusieurs sponsors brésiliens qui auraient obtenu une garantie de visibilité sur la chaîne nationale TV Globo, qui a les droits de la  F1 pour le Brésil, est actuellement en contact avec trois écuries, Lotus, Force  India et Williams, selon des journalistes brésiliens présents à Yeongam.

AFP