Nico Rosberg Lewis Hamilton Mercedes
Nico Rosberg et Lewis Hamilton (Mercedes) | JEAN MICHEL LE MEUR / JEAN MICHEL LE MEUR;DPPI MEDIA / DPPI MEDIA

Australie : Entre Mercedes et les autres, il n'y a toujours pas photo ?

Publié le , modifié le

A quelques heures du premier grand prix de la saison à Melbourne, les Mercedes de Lewis Hamilton et de Nico Rosberg semblent encore intouchables. Mais pour combien de temps ? Face à la firme à l'étoile, la résistance s'organise autour de Red Bull et Ferrari notamment alors que Williams pourrait jouer le rôle de trouble-fête. Enfin, McLaren et Lotus, respectivement propulsées par Honda et Mercedes, constitueront les grandes inconnues d'une équation qui s'échelonnera sur 20 grands prix.

Les essais hivernaux ne sont pas toujours significatifs de la saison à venir. Une chance pour les concurrents de Mercedes. Car le coup porté par les deux Flèches d'Argent à Jerez et Barcelone, où Rosberg mettait notamment 1''2 dans la vue de son premier poursuivant, aurait pu saper le moral des plus coriaces. Heureusement pour ces derniers, la vérité d'un jour n'est pas forcément celle des courses à venir. Et ce même si, comme certains le pensent, Mercedes en a gardé sous le capot...

Pourtant, avec la nouvelle réglementation qui permet de faire évoluer son moteur au fil de la saison, les principales écuries possèdent une chance réelle de combler leur retard sur la merveille de Stuttgart qui avait permis à Hamilton et Rosberg de signer 16 victoires, 18 pole positions, 11 doublés et 30 podiums  en 2014. Dans quelles dispositions mentales se présenteront les deux grands animateurs de l'an passé ? Le Britannique, désormais double champion du monde, a déjà gagné à  Melbourne en 2008, l'année de son premier titre mondial, mais pas l'an dernier,  à cause d'un problème de moteur. Quant à l'Allemand, il a bien profité de ces trois mois de vacances pour se refaire un moral et digérer la déception du  titre perdu à la dernière manche, fin novembre à Abou Dhabi.

Toujours l'émotion avant les consignes chez Mercedes

Dans le camp allemand, les passes d'armes parfois plus que viriles entre les deux purs sangs n'ont pas poussé les dirigeants à changer leur philosophie : pas question de les brider ! "C'est important qu'ils  continuent à se battre, même si ce n'est pas toujours facile à gérer. C'est bon pour la F1 et c'est bon pour Mercedes. Il faut de l'émotion dans ce sport", a ainsi prévenu Toto Wolff, leur team manager. Si le revanche promet beaucoup, la vraie grande question est de savoir si il y aura des arbitres et non plus uniquement des sparing partners...

Parmi les prétendants, il y a forcément Ferrari, car la Scuderia a débauché Sebastian Vettel et tout changé à Maranello pour le satisfaire. "Nous voulons être la deuxième force et rattraper Mercedes", a d'ores et déjà annoncé le quadruple champion du monde, "fanny"  l'an passé et avide de redorer son blason. Son association avec l'imprévisible Kimi Räikkönen promet beaucoup. Pilote révélation en 2014, De son côté, Daniela Ricciardo, qui avait réalisé l'exploit de s'imposer trois fois au nez argenté des Mercedes, devra confirmer son statut d'étoile naissante tout en permettant à Redbull Renault de réduire l'écart avec l'écurie allemande. 

McLaren-Honda dans le flou

Si le Grand Prix d'Australie permettra d'y voir déjà plus clair, il faudra certainement attendre encore un peu pour voir où en sont réellement les Williams, McLaren ou autres Lotus. La première nommée, avec un budget largement inférieur aux autres, semble pourtant la mieux armée pour semer le trouble, notamment avec le talentueux Valteri Bottas derrière le volant. Pour McLaren, qui a débauché Fernando Alonso, forfait à Melbourne après son accident, et s'est engagé avec Honda qui fait son grand retour en F1, c'est la grande inconnue. A un degré moindre, Lotus, qui est passé d'un moteur Renault à Mercedes, la transition ne se fera peut-être pas sans heurt non plus. Romain Grosjean est confiant ("la voiture réagit bien") même s'il concède que les spécificités de Melbourne peuvent rabattre les cartes. "La météo est toujours très changeante ici et le circuit évolue énormément au fil des tours". Une course folle et un résultat inattendu, il y en a beaucoup qui signeraient pour un tel scénario ! 

A lire aussi : Cinq questions pour une saison de F1

Julien Lamotte