F1 GP Singapour Ferrari Alonso 092010
Victoire pour Fernando Alonso sur sa Ferrari | AFP - Christophe Archambault

Alonso se relance, Webber capitalise

Publié le , modifié le

Le coureur espagnol de Ferrari a brillé en s’imposant en course après avoir mené de bout en bout malgré la menace de Vettel (Red Bul) qui finit à 293 millièmes. Il revient à 11 points de la première place. La bonne affaire est aussi à créditer du côté de Mark Webber qui prend la troisième place. L’Australien creuse l’écart sur le deuxième, désormais Alonso. Hamilton fut contraint à l’abandon après un accrochage avec… Webber.

Alonso, impressionnant sur le circuit urbain de Marina Bay, s'est imposé sans jamais trembler au terme d'une course qu'il a menée de bout en bout, à  l'exception du 33e tour, qu'il a laissé à Nico Rosberg (Mercedes, 5e), à la  faveur d'un changement de pneus. Le seul Grand Prix couru en nocturne et le plus long de l'année (2h!), et même le plus éprouvant compte tenu de l'humidité et de la chaleur, est en passe de devenir une spécialité puisque l'Espagnol s'y est imposé en 2008 et termin 3e l'an dernier.      

Sebastian Vettel, qui a passé la course dans un premier temps légèrement en retrait, ensuite dans le sillage de l'Espagnol, s'adjuge une 2e place méritée,  qui lui permet, tout comme Alonso, de gagner un rang au Championnat, où il  pointe désormais à la 4e position (181 points). Après sa mauvaise 5e place en qualifications, Mark Webber a réalisé un  superbe GP, pour grimper sur la troisième marche du podium après avoir classé 11e en course. L'Australien a changé prématurément ses pneus, contrairement aux autres leaders, à la faveur d'une première neutralisation de la course et prendre des gommes plus dures sur un circuit qui use peu les pneus. Il a ensuite cravaché pour dépasser en piste plusieurs concurrents, ce qui  lui a permis de doubler les deux McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button  lorsque celles-ci se sont arrêtées à leur stand une vingtaine de boucles plus tard. Webber a fait preuve d'agressivité. A la limite.     

Accrochage Webber-Hamilton

L'Australien a été impliqué dans un accident avec Hamilton alors que  celui-ci essayait de le dépasser, ce qui a conduit le Britannique à abandonner sur incident mécanique. Hamilton a tenté de dépasser Webber alors que celui-ci doublait un retardataire. Les deux hommes, respectivement 4e et 3e au moment des faits, se sont retrouvés côte-à-côte au virage suivant. L'Australien, à l'intérieur, a alors heurté le Britannique, qui a abandonné quelques hectomètres plus loin sur problème mécanique. Fou de rage, Hamilton perd gros dans l'histoire.

Webber devant, Alonso en embuscade

Non sanctionné par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), l'Australien, grâce à sa troisième place, s'échappe au Championnat, avec désormais 11 longueurs d'avance sur son dauphin Alonso, quand il en comptait 5  sur Hamilton avant Singapour. L'Espagnol revient fort avec sa quatrième victoire de la saison, la deuxième consécutive après Monza. La dynamique est du côté de la Scuderia. Le champion en titre Jenson Button a effectué une course neutre, pour  terminer 4e. Il perd une place au Championnat (5e  avec 177 points), tout comme son coéquipier Hamilton (3e après son abandon avec 182 pts). Cinq pilotes se tiennent en 25 points à cinq Grand Prix de la fin. A peine une victoire d'écart.

A l'issue du Grand Prix, l'Allemand Adrian Sutil (Force India) a perdu le bénéfice de sa 8e place, gagné sur le circuit, en étant pénalisé de 20 secondes pour avoir doublé en coupant un virage. La manoeuvre litigieuse s'est produite au premier tour d'une course très mouvementée. Faute de lui avoir imposé un drive-through (passage aux stands sans s'arrêter) durant l'épreuve, les commissaires de courses ont choisi de pénaliser Sutil de 20 secondes après l'arrivée. Son compatriote Nico Hülkenberg (Williams) et le Brésilien Felipe Massa (Ferrari), qu'il distançait initialement, finissent donc respectivement 8e et 9e du GP de Singapour. Lui passe 10e.

Réactions:

Fernando Alonso (Ferrari, 1er): "Cette  victoire veut dire beaucoup, surtout après celle de Monza sur un tracé très  particulier. Nous voulions confirmer sur un circuit différent, avec plus  d'appui. Nous l'avons fait. Il reste encore quatre courses, mais nous savons  maintenant que nous pouvons être compétitifs sur chaque piste. Nous sommes cinq  pilotes à nous battre pour le titre. Chacun à environ 20% de chances d'être  sacré, Mark (Webber) peut-être un peu plus. Après Spa, j'étais très mal au  Championnat. Je n'étais plus en lutte pour le titre. Les gens pensaient que la  saison 2010 était mauvaise pour moi, avec beaucoup d'erreurs, etc. Mais après  deux courses, je suis 2e du Championnat, derrière Mark. Tout peut arriver dans  ces quatre dernières courses. Chacun d'entre nous peut remporter deux ou trois  courses consécutives, ce qui nous mettrait en bonne place pour le titre. Mais si  nous abandonnons une fois, nous serons dehors."
      
Sebastian Vettel (Red Bull, 2e): "J'espérais qu'(Alonso) allait toucher les  murs, mais il ne l'a pas fait. Et comme il est difficile de doubler ici, presque  impossible en fait et que Fernando a fait du bon boulot... En plus, il a tenu un  rythme très élevé, plus que ce que nous imaginions. (Au niveau du Championnat)  cela sera très serré. Chacun des cinq pilotes a de bonnes chances. Cela sent bon  pour nous. Nous sommes Red Bull, nous sommes dans une position unique encore une  fois cette année, et nous sommes en chaleur..."
      
Mark Webber (Red Bull, 3e): "Je suis très heureux de ma 3e place. J'ai connu  un week-end très difficile ici, probablement le plus dur de l'année. A Monaco,  sur un autre circuit urbain, c'était complètement le contraire. Je me sentais  incroyablement à l'aise. Ici, ce n'était pas le cas la plupart du week-end. Du  coup, je suis très heureux de ma course. A certains moments, j'ai dû me forcer à  ne pas paniquer. Il est très facile de s'inquiéter quand on perd tant de temps  derrière des types qui sont un peu plus lents. En me levant aujourd'hui,  j'aurais volontiers pris cette 3e place. C'est un bon podium. Bien sûr Fernando  est encore là. Il va falloir essayer de se débarrasser de lui, d'une manière ou  d'une autre, mais cela ira."

Mathieu Baratas